2 clubs pour une ville à la runmate

toutes les infos sur : http://www.runmate.org

RUNMATE épisode 2

Une belle équipe composée d’athlètes de différents clubs d’Evian avait participé à la première édition de la RUNMATE. Le challenge de tourner en relais autour du lac LÉMAN en moins de 28 heures est encore relevé cette année. Nous y reviendrons prochainement. Ci-dessous le courrier d’une des participantes devenue entre temps adjointe aux sports de la mairie d’EVIAN. Le sport sans bénévole c’est juste impossible…

Chères associations, chers élus de la commission vie sportive,

L’évènement sportif « Run mate 2020 » arrive à grands pas.

Cette course en relais par équipe autour du lac Léman, avec pour départ et arrivée Pully, passe par Évian le 26 septembre.

En partenariat avec la ville d’Evian, les organisateurs font un appel à bénévoles. Le poste de bénévole consiste à tenir le point relais d’Evian, place Henri Buet, le samedi 26 septembre de 15h à 23h30. Expérience unique garantie avec un magnifique couché de soleil au programme !

Si vous êtes motivés et disponibles, nous vous remercions de nous indiquer votre créneau horaire souhaité, par retour de mail à  reservationsport@ville-evian.fr.  15h-17h – 17h-19h – 19h-21h – 21h-23h30

Venez également encourager notre équipe d’Evian, composée de licenciés d’associations évianaises, qui porteront les couleurs de la ville. Nous communiquerons prochainement les membres de l’équipe et l’heure à laquelle ils passeront le relais à Évian.

Merci d’avance pour votre aide et votre collaboration.

Sportivement

Lise NICOUD, adjointe Sports et Vie associative
Ville d’Evian-les-Bains

PUTSCH au plus au sommet du tabata

Mais que se passe-t-il au sein de la commission tabata  de l’ACE. La mystérieuse disparition depuis 2 semaines de la coach officielle et la mise au rebut en pleine séance de son remplaçant laisse place (rouge) à toutes les suppositions. Certes ce dernier a commis quelques erreurs de chronométrage mais la sanction est tombée immédiatement.

Le coup était prémédité et c’est Éléna qui prenait la direction des opérations pendant qu’un ancien du club, nouveau du mercredi, Clément assurait l’assistance technique des opérations. Il a d’entrée marqué son territoire en assommant ses concurrent lors du tour de la place Henry BUET.

Et ce malgré les 25 mètres de handicap. Il a même mis un point d’honneur à les avertir de leur dépassement par un grognement genre clignotant sonore.

« relevez la tête, serrez les fesses, respirez en descendant les jambes » et autres conseils durant les tabatas ont fini d’assoir sa légitimité. Thomas, Bernard et Lionel n’ont pas d’autre choix que de s’exécuter. Comme disent nos voisins de l’autre coté de la gouille: « ce gars nous a déçu en bien. »

IMG-20200520-WA0011

La parole est au président

Nous ne sommes plus dans les confidences de confinement mais dans un discours d’ouverture.

C’est tout naturellement que Fredéric HARDUIN s’est retrouvé depuis juin à  la tête de l’ACEVIAN, un des seuls postes avec celui d’entraineur pas encore occupé. En pleine période de COVID 19 et d’absence de compétition, cet athlète/juge-arbitre/ membre du comité et maintenant président va assurément prendre les décisions pour donner un nouveau souffle au club. Il peut s’appuyer sur les bases laissées par l’ancien président Jean Baptiste CHIODA et trouvera auprès de sa fille Christelle, nouvelle trésorière du club, une aide précieuse. Il sait que la tache ne sera pas facile et comme il aime à le préciser lors des ses passages sur les tabatas : «  Je m’entraine à nouveau pour être au niveau d’un bon échauffement »… Un début de mandat prometteur malgré les circonstances.

semi-beaune-2012-2HARDUIN Frédéric Né le 15 04 1960 domicilié à Neuvecelle

Depuis quand pratiques tu l’athlé ?

J’ai commencé l’athlé à 12 ans en 1972 jusqu’à 19 ans, puis j’ai interrompu à cause des études. J’ai continué à courir en dilettante jusqu’en 1998 lorsque j’ai adhéré à l’AC Evian.

trail-ardeche-2012Quelle est ta spécialité ?

Le demi-fond lorsque j’étais jeune : 2’06 au 800m et 1m75 en hauteur en catégorie cadet. A ma reprise à la quarantaine, je me suis entrainé sérieusement pendant 5 ans pour réussir 40 minutes au 10km. Depuis 2005, je cours pour le plaisir.

starter-2005Dès 1998, j’ai commencé la formation de juge. Aujourd’hui je suis starter fédéral et juge-arbitre régional dans les deux spécialités : athlétisme et hors stade. Géomètre-expert de formation, je n’ai pas eu de problème pour les examens de mesurage hors stade. Je mesure pratiquement toutes les courses à label en Haute-Savoie. J’envisage de passer l’examen de mesureur fédéral dans les prochaines années ce qui me donnera une bonne occupation pour ma retraite (mesurage des courses nationales).

Quelles fonctions as tu occupé au club ?

D’abord simple adhérent, je suis rentré au comité lors de la séparation avec Evian Off Course à la fin du siècle dernier. J’ai ensuite été trésorier pendant 5 ans et membre du comité départemental pendant 4 ans.

10km-bourgogne-2005Pratiques-tu une autre activité ?

Un peu de vélo de route en loisirs et beaucoup de danses : 5h par semaine l’année dernière (salsa, bachata, kizomba, west coast swing et tango argentin dont je suis le trésorier du club de Neuvecelle).

D’autre part j’ai été élu à Neuvecelle comme maire adjoint à l’urbanisme entre 2008 et 2014 puis conseiller municipal de 2014 à 2020.

Quelle est ton activité professionnelle ?

Je suis employé comme ingénieur géomètre en charge des projets et travaux de génie civil : routes, égouts, eau potable, etc (VRD). Je travaille depuis 2020 à 80% ce qui me laissera du temps pour l’ACE … et la danse dont il faudra baisser le rythme. Je serai en retraite en 2025.

Quelle sera ton premier objectif en tant que président ?

Motiver un groupe de bénévoles pour compléter le comité du club suite à plusieurs départs.IMG-20200719-WA0008

Merci Frédéric pour ces échanges qui permettront de mieux te connaitre. Tu as fait passer tes besoins pour une bonne continuité du club. Mais on peut  insister un peu …discrètement bien sûr :

l’AC EVIAN  RECHERCHE DES BONNES VOLONTÉS !!!

Tabata aux couleurs de l’AC EVIAN

IMG-20200730-WA0010Petit comité  sur la place Henry BUET (place rouge où se trouvent les fontaines musicales) pour le tabata hebdomadaire déplacé exceptionnellement du mercredi au jeudi. Il y avait les habitués qui constatent les progrès réalisés au fil des séances. Thomas est le meilleur exemple que le travail est toujours récompensé. Lionel enchaine sans problème tous les exercices tandis que Mélanie, pour une première participation montre de belles qualités physiques et un bel esprit de compétition. Il aurait été dommage que Kaoutar ne vienne pas une fois et c’est ce qu’elle a fait avec le maillot du club. Kaoutar est indescriptible et n’engendre pas la mélancolie. Pour la « punir » d’une certaine lenteur à enchainer les exercices elle a relevé le « challenge LENNY » (absent pour raison d’absence) et elle a fait péter le max dès sa première tentative  Bonne humeur assurée et on espère la revoir.IMG-20200730-WA0009

tabata cardio dans un premier temps suivi de renforcement haut puis bas du corps. Chaque tabata entrecoupé de course sur 240 mètres avec handicap pour les plus rapides. Et bien sûr une récup permettant l’hydratation nécessaire pour éviter les courbatures. C’est Bernard qui, en l’absence de Margot retenue professionnellement, qui s’est fait plaisir à diriger la séance. Évidemment le pique nique a suivi pour une fois au parc DOLFUS. On rappelle que le tabata c’est le mercredi, à 18h30 sur la place rouge et que c’est ouvert à tous et pas seulement aux adhérents du club.

Que la montagne est belle

En remplacement du repas canadien de fin de saison annulé pour cause de COVID 19,  Jérôme BAUD, que les athlètes du groupe hors stade connaissent  bien,  prend en charge toutes la logistique d’une superbe journée à passer dans la vallée de Morzine. Vous trouverez le programme ci dessous. Les inscriptions sont encore possibles et par votre présence vous encouragerez ce type d’initiative. Jérôme s’adresse au club de l’AC EVIAN étendu aux conjoints, amis, amoureux de la montagne. Une belle occasion de se retrouver après cette période sans compétition. renseignements au 06 30.64.58.19 ou inscriptions si le lien fonctionne sur le doodle mis en place par florence réservation sortie montagne morzine

téléchargement

  1. RDV le dimanche 19 juillet à 9.30 maximum sur le Parking de Nyon, très facile à trouver. Et avec plein de parkings voiture gratuits. Pour les meilleurs du Club, je peux proposer 8.30 si besoin et on fait une première séance intense avec beau dénivelé. Sachant que je n’ai pas le niveau des meilleurs mais je m’accrocherai !
  2. De 9.30 à midi environ, joli tour de montagne avec de la difficulté mais des paysages superbes, des arbres, des fleurs, des animaux, des points d’eau, des chalets d’alpage……… de quoi atténuer la relative souffrance 😊
  3. Ici à midi plusieurs choix : je vous prépare un casse-croûte complet style pique-nique et vos maris/femmes nous rejoignent (je fais halte sur un endroit facilement accessible en voiture) pour ceux qui le souhaitent vu que c’est un dimanche. Ou alors je réserve un petit restaurant alpestre mais accessible aussi en voiture, et là je négocie en amont les meilleurs prix possibles afin que chacun s’en sorte avec peu de frais. Les coureurs / coureuses n’auront pas encore fini la randonnée-course dominicale donc plutôt salades, quant aux accompagnateurs ils pourront manger beignets, tartiflettes………… et boire du rouge (les boissons j’offre).téléchargement (1)
  4. Le groupe de coureurs / coureuses repart derrière notre Coach (et moi si je peux suivre) sur un parcours que je lui ai montré il y a deux semaines (par contre David le début sera différent), pour une longue portion « faux plat descendant » de 7 kms environ. De quoi dérouler mais sur un terrain technique, sentier caillouteux et/ou boueux en bord de rivière.
  5. Retour au calme, et on se dirige pour tous ceux qui ont le temps vers la terrasse et piscine de mon petit chalet-hôtel, il y aura deux douches à disposition et là j’offre bières et autres boissons à tous les athlètes méritants, aux accompagnants aussi bien sûr s’ils ont encore soif !! 😊

C’est une organisation conséquente, que j’ai l’habitude de programmer dans le cadre du hockey ou pour d’autres clubs sportifs (Troyes, Sochaux….) en stage sur Morzine, mais je vous remercie de me prévenir longtemps à l’avance quant au nombre de personnes présentes et le type d’option que vous voulez pour le midi. Je peux aussi pour des non montagnards me faire accompagner d’un ou deux autres morzinois qui iront plus lentement et moins loin, mais avec le même point de ravitaillement à midi bien entendu.

téléchargement (2)Tout est flexible, je m’adapte, à vous de dire, par exemple certains / certaines peuvent vouloir stopper au déjeuner et repartir chez eux, aucun souci du tout pour moi bien évidemment, chacun fait comme il veut et peut. Idem si certains veulent manger ailleurs le midi pour retrouver par exemple leur famille hors groupe bruyant et assoiffé !

fin du tour pour Mika ouaille*

C’est bronzé par endroits et en pleine forme que Mickael VOISIN, athlète du groupe hors stade, termine sa traversée de la France d’EST en OUEST. Pour tous ceux, et ils étaient de plus en plus nombreux, qui l’ont suivi sur son compte FB ou par l’intermédiaire du site de son club (toujours de plus en plus…3), ses récits et photos vont nous manquer. Il nous a offert une belle transition post confinement et a déjà assuré des souvenirs sportifs de sa saison d’été 2020. La MIKAWAY se termine dans les temps et le mariage aura bien lieu avec notre baroudeur….

Étape 12 : de Royan à Saint-Mathieu…la der!

Ce matin j’ai droit à un très beau lever de soleil sur ma tente à la pointe de la Grave. Si tout se passe bien aujourd’hui ce sera (déjà) ma dernière étape. Je commence par une mini croisière pour traverser la Gironde et rejoindre Royan.

8h, c’est parti. Mais les pauses sont très nombreuses tellement les villages comme Meschers ou Talmont sur Gironde sont classés parmi les plus beaux de France et je ne suis pas surpris.

A 10h j’ai bien profité mais je n ai parcouru que 20km… fini de faire le touriste il va falloir pédaler car j’ai encore 160 km et il fait déjà très chaud.

Une pause sous les parapluies de Jonzac, 3 tours de ville à Barbezieux pour trouver la bonne route, j’avance bien et puis en Charente les pauses photos sont bien moins nombreuses!

Arrive Montbron, petit goût…bizarre… l’impression d’achever une aventure qui me paraissait peut-être irréalisable. Mais à partir de là il ne me reste que 25 km que je pourrais presque parcourir les yeux fermés. Je savoure et me remémore déjà tous les paysages que j’ai traversés durant ces 1700 km, les gens que j’ai rencontrés. (Dans ma tête je me dis dommage que je n’ai pas plus de temps car je serai bien allé parcourir les volcans d’Auvergne avant de remonter la route des vins en Alsace!)

Mais non, il faut en garder pour une prochaine fois!, pas de doute j’arrive. Les limousines sont éclairées par la lumière du soir. Je suis accueilli avec une belle petite banderole!

Heureux d’arriver, surtout que si je fais le bilan je n’ai zéro bobo à déplorer, zéro gamelle, et aucun problème technique. Je me sens en pleine forme! Comme quoi ça a du bon le vélo!
Alors comme je dis à tous ceux que j’ ai rencontrés, qui aimeraient bien et qui hésitent, qui ont peut-être peur de l’inconnu et peur de sortir de leur confort : vis tes rêves, rêve pas ta vie!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci à tous ceux qui m’ont suivi, conseillé ou encouragé, pour moi ce n’était que du bonheur @+!
107469426_10220083790423045_5841502078623496321_n
plus de photos et vos commentaires en cliquant MIKAWAY jour 12
* celui-ci on est 3 dans le monde à le comprendre

D’une du PILAT, de l’autre la MIKAWAY

Il est temps que ça se termine pour le notre cyclo-coureur. Finies les difficultés et une dénivellation qui en 190 km avoisine les 200 mètres soit 1 mètres/km. Forcement il a craqué tintin et s’est attaqué aux parc à huitres! Qui aurait l’idée de traverser en vélo ces endroits? Parce qu’une huitre ça s’élève DANS L’EAU. Evidemment il s’est fait attrapé et a accusé un ancien qui l’accompagne un peu partout maintenant. Ca risque d’être chaud le mariage…. mais au fait qui épouse quoi? Mika et son vélo? Mika et l’ancien?
11ème étape : sur les pistes cyclables du bassin d’Arcachon au Cap Ferret.
Aujourd’hui après avoir rejoins le bassin d’Arcachon je passe la journée entière loin des automobilistes, sur les belles pistes cyclables.

Si seulement il y en avait autant partout en France ce serait le bonheur! Surtout qu’ici elles sont plates, il fait chaud et c ‘est beau (le top Cédrine Togir 😉)

Je sens que la journée va être longue et dans la matinée je demande à un ancien si il n’y a pas des petits bateaux qui iraient vers Cap Ferret, pour m’éviter de faire un aller/retour et juste remonter la côte d’argent. Il me répond que non, mais que par contre il y a des pistes sympas qui longent la côte dans les parcs à huîtres… ni une ni deux me voilà embarqué la dedans tête dans le guidon.

C’est une piste toute cabossée, c’est magnifique, je suis seul, et j’en ai pour des heures là dedans! Mais pas d’inquiétude, au bout d’une heure des gardes arrivent et me disent que ces espaces sont strictement interdits aux vélos. Je n ai pas droit à une amende mais ils m’indiquent gentiment la sortie la plus proche! Merci l’ancien!

Du coup je retourne sur les belles pistes cyclables au milieu des très nombreux vélos, et sur ces parties les cyclotouristes qui descendent toute là côte Atlantique sont innombrables.

Je profite, tantôt côté océan, tantôt côté forêt de pins.

Je roule jusqu’à 22h…là pour le coup j’ai toutes les pistes cyclables rien que pour moi!, je rejoins Le Cap Ferret, plante ma tente face à la Gironde, et profites 5 minutes avant de me faire dévorer par ces fichus moustiques!
Mercredi matin je prends le 1er bateau vers 7h direction Royan, je traverse les 2 Charentes, et si c’est une bonne journée demain soir j’aurais terminé mon aventure! Déjà…
107320160_10220075529056516_8562648650166303099_n
Plus de photos et commentaires : MIKAWAY journée 11

route des vins VS MIKAWAY

Une étape où notre trailer n’a pas évoqué un cycliste, un habitant, une mamie. A part deux bouquetins de GIRONDE, il n’a vu quasiment personne. La boulangère, psychologiquement atteinte par l’intrusion dans sa boutique d’un gars qui parlait à son vélo témoigne que le couple a prit un pain au raisin et une part de frangipane avant de poser une bouteille de MARIN sur le comptoir en grommelant : « payes toi, manante! Ceci est du vrai vin!! » Le deux sont repartis traverser ce pauvre plat pays pluvieux.

10ème étape : du canal du midi aux vignobles bordelais.

Ce matin c’est « grasse mat »!  Départ à 7h. Le temps est gris et je repars au bord du canal du midi. Je me lasse assez vite, c’est tout plat et monotone…clignotant à gauche et c’est parti pour les villages plus sympas comme Montgaillard avec enfin quelques points de vue! Après je prends la pluie jusqu’à CASTELJALOUX (fallait bien que ça arrive un jour!)

du coup direction la boulangerie où en plus de mon pain aux raisins quotidien, je craque pour un triangle frangipane…humm requinqué pour aller jusqu’à la superbe basilique de Bazas!

Le soleil revient en début d’aprèm, en empruntant de belles pistes cyclables dans les forêts de pins je rejoins le château de Roquetaillade, puis les vignobles de sauternes.

Je termine l’étape par les châteaux des grands crus bordelais.

Un accueil au top du top chez les cousins Donatien et Marion TARAUD. Banderoles, cookies au chocolat maison avant un plouf dans la piscine! Et la soirée ne fait que commencer…merci encore! Vous êtes géniaux!!!107366704_10220062228644014_8359311441759430699_n

toutes les photos et vos commentaires sur : MIKAWAY étape 10

La MIKA(GUMP)WAY au fil de l’eau

Si Mika revient un jour à sa vie d’avant il faudra le réadapter car depuis sa sortie des Alpes, on constate comme un bien être dans la solitude qui s’installe. Il pédale sur des étapes de plus en plus longues (et plates) et se fait rattraper par quelques cyclistes avec qui il discute. Il est en direction de l’atlantique et annonce déjà un demi-tour au contact de l’océan. Je crains que MIKA GUMP ne revienne immédiatement vers le Léman en oubliant les raisons son voyage. une fois à Évian, il repartira peut-être, butant indéfiniment sur les deux points d’eaux ….

9ème étape : des villages occitans au canal du midi.
C’est la première fois de ma vie que je parcours une étape de plus de 200km dans la journée.  C’était super beau et je n’ai pas vu les kms passer… à part à la fin où je ne trouvais pas d’endroit où poser ma tente, mais tout se termine au top!
La journée pourrait se résumer en 2 parties bien distinctes, avec un départ au lever du jour et accompagné d’une belle pleine lune droit devant pour m’éclairer!
Le frérot Aurélien  VOISIN rentrait du boulot quand je partais et je crois que c’est la seule voiture que j’ai trouvée jusqu’à 7h! Et encore merci à lui et Aurélie FRASELLE  pour le gîte et le couvert! C’était top ces moments!

Ce matin j’ai emprunté le circuit de la vallée du Tarn et du Segala. De nombreux villages pittoresques (Cordes sur ciel, Penne, Monesties...). J’adore ces villages occitans colorés qui sentent bon le sud-ouest (une pensée à mon pote Jérôme GRAND en traversant le Tarn).

Je n’ai pas le temps de m’ennuyer une seconde surtout que pas mal de cyclistes se mettent à mon côté pour papoter un moment (comme ce retraité sympathique de Carmaux pour qui j’ai une énergie communicative et qui a l’impression de voyager avec moi…Ca fait plaisir ces moments!. Ou le monsieur au vélo électrique qui m’a bien aiguillé pour choper les canaux au bon endroit…).

Pause pique-nique à Montauban dans le jardins aux fleurs…endroit au frais (mais bourré de moustiques!) recommandé par les locaux.

L’après midi je rejoins le très beau canal de Montech, et j’avance au rythme des écluses qui s’ouvrent et se ferment au passage des bateaux…

Vient ensuite le canal du midi (ou des 2 mers c’est pareil), un peu moins joli à mon goût, mais c’est ombragé par les grands platanes. Il y a zéro trafic à part quelques piétons et vélos…je ne vais pas commencer à me plaindre!

A 15h il commence à faire chaud et j ai encore faim (pffuuu) je ne compte plus combien de fois par jour je mange!!! 2 glaces, 200g de pâte d’amande et un sachet de fruits secs (c’est ça le secret!) et c’est reparti jusqu’à Agen.

2 tours de ville pour rien. Il n y a aucun camping dans les environs, je n’ai plus d’eau (j’en taxe chez quelqu’un j’en ai marre de chercher!), je re-re mange et repart jusqu’à finalement trouver un coin fort sympathique où poser ma tente. J’avoue que je n’y croyais plus!!!

Si jamais Bernard Guépratte il y avait un maillot à attribuer aujourd’hui…je crois que tu peux me donner celui du meilleur combatif… car une échappée en solitaire de plus de 200 km, c’est pas tous les jours!

En tout cas demain je serai déjà à Arcachon.

Donatien et Marion Taraud mettez les bières au frais et préparez le barbecue!
106970487_10220053912476115_6424051590238131348_n
Des photos et des commentaires sur l’aventure en cliquant : MIKAWAY jour 9

C’est par ou la MIKAWAY?

Si nous avons de superbes régions en France  il est des secteurs ou il faut être armé mentalement pour les traverser. Surtout en vélo. Le réalisme du baroudeur conscient qu’entre deux belles choses il faut des voyages de moins bien. Il en appréciera plus l’arrivée sur le bassin d’Arcachon.

8ème étape : Le Rozier—>Quins : Au cœur de l’Aveyron
Je profite de ma journée « de repos » pour revenir sur mon étape d hier.

Un départ au lever du jour à 5h45, avec comme objectif de rallier Quins avant la nuit car si j y arrive ce soir j’aurais un vrai lit! 😁  Je termine les gorges du Tarn bien entamée la veille et rallie assez rapidement le célèbre et imposant viaduc de Millau. Je décide au dernier moment de modifier mon itinéraire pour longer le Tarn jusqu’à Broquiès, itinéraire que je ne connais pas contrairement au plateau du Lévézou, car la température est fraîche et le vent déjà là.

Certaines parties sont jolies, d’autres un peu longues, car sur certaines portions mis à part 2 chiens errants je n ai pas trouvé âmes qui vivent pendant plusieurs dizaines de kms. Elle est loin l’euphorie des cols alpins, et c’est dans ces moments là qu’il faut un sacré mental, de la musique qui boost, et de bonnes pâtisseries locales achetées en amont, car ici mieux vaut ne pas tomber en panne, il n’y a rien!!!

Je rejoins enfin un brin de civilisation au joli village tout de pierres locales de Brousse le Château. Après cette pause sympathique vient la montée vers Requista, puis les innombrables montées/descentes bien cassantes avec surtout ce vent désagréable qui m’a bien séché .

Pour une fois je suis enfin calmé!   

Ces plateaux agricoles aux vues lointaines et ouvertes, les villages tout en pierres sont bien différents des paysages rencontrés jusque-là, mais j’adore cette diversité que je vois évoluer au fil des kms et c’est ce qui fait la beauté de notre pays!

En tout cas je suis bien content de finir cette étape qui sans le vent aurait était….trop facile!!! 😉
Place à un moment en famille…

Après déjà plus de 1000 kms parcourus, 18 000 mètres de dénivelé et 73h sur la selle du vélo en une semaine, « le jour off » est le bienvenue pour recharger les batteries et préparer la suite du parcours.

Encore une fois merci à tous pour vos petits messages, même si je n’ai pas le temps de vous répondre ça fait toujours plaisir!
Maintenant que j’ai accordé ce jour de repos au vélo, je crois que demain c’est reparti. direction Arcachon et l’océan...avant l’arrivée prévue dans le Limousin jeudi (déjà😲)!!!107548976_10220038921581352_6791112629560464311_n
Retrouvez toutes les photos sur : MIKAWAY jour 8

Il continue? MIKA? OUAIS!!*

A mi parcours, Mika conserve un moral et une envie à donner des idées d’évasion. L’ancien croisé au hasard des routes empruntées a certainement raison ; il a vu juste en le rajeunissant. Ce périple est régénérateur pour lui et tellement plaisant à suivre. fini les grosses ascensions mais toujours de belles côtes à franchir.

7ème Etape : des gorges de l’Ardèche à celles du Tarn.
Un départ à 5h50, soit 1h15 après « le réveil », le temps de tout préparer. Je laisse dans le rétroviseur les gorges de l’Ardèche et le Ventoux au loin. Place aux montagnettes du massif central !

La route est agréable et il fait bon rouler, je ne vois pas passer les heures ni les kilomètres dans les montagnes du Bougès au cœur des Cévennes. Je roule sur certaines petites routes où je ne croise personne pendant des heures.

Dans quelques hameaux comme Tarabias je papote avec les anciens du village qui sont tout content de voir quelqu’un…ils m’expliquent les kilomètres qui m’attendent dans les moindres détails, avec l’accent bien d’ici !

Un peu plus loin une mamie me conseille de bien remplir mes gourdes car le col de la croix Berthet ne va pas être une mince affaire. Je ne lui ai pas dit d’où je venais, elle ne m’aurait pas cru !
En tout cas, ils sont tous aux petits soins, les sourires et les pouces vers le haut. Tous les gens que je croise me font vraiment chaud au cœur !

La route vers Florac en début d’après-midi est la seule portion un peu longuette de la journée, mais un cyclo comme moi me rattrape et on papote jusqu’à Florac où nos routes se séparent. Cet ancien de 70 ans à la forme il fait un sacré tour aussi. il me demande ce que je fais comme étude, il pensait que j étais encore étudiant ! Alors soit il voit plus grand chose l’ancien, soit je fais encore jeunot !

Le meilleur de la journée reste à venir. Je rentre dans les gorges du Tarn. Même si je les connais déjà, ça fait toujours quelque chose d’être au milieu de ces éléments. Les villages pittoresques comme Sainte Enimie, les falaises aux formes toutes aussi étranges les unes que les autres, cette rivière aux couleurs verdoyantes qui ne donne qu’une envie : sauter dedans! Surtout que pour un début juillet c’est relativement calme, aussi bien sur l’eau que sur la route.

Je roule jusqu’à 20h et roulerai encore pendant des heures tellement je suis si bien! Mais j’ai déjà 160km au compteur, 2000m de dénivelé, je ne suis qu’à la moitié de mon aventure il faut savoir être raisonnable!

Un endroit qui à l’air plus que sympa au bord de l’eau où poser la tente…que demander de mieux… Peut être une bière demain soir chez le frérot avant une journée de repos, c’est jouable!
Juste je re-re-précise que mon vélo n’est pas électrique (même si c’est la mode!) car tout le monde me le demande. Le chargeur solaire posé sur la sacoche arrière n’est pas pour recharger le vélo, ni le bonhomme d’ailleurs!!! ,mais juste la frontale et surtout le téléphone qui me sert pour les photos, la musique…
Voilà merci à tous en tout cas aussi bien au bord des routes que sur les réseaux vous êtes formidables! @+!106999189_10220024092210627_3097359539562604422_n
plus de photos et de commentaire en cliquant sur ce lien : la mikaway jour 7
* j’en appelle aux plus imaginatifs auteurs pour m’aider pour les titres.

La MIKAWAY à plat

étape de transition pour MIKA qui va s’offrir une journée off. Il reste détenteur de tous les maillots de sa moitié de tour France. le « à pois » du grimpeur le plus chargé, le blanc de l’apparemment plus jeune, le vert du vainqueur de toutes les étapes et le jaune pour l’ensemble de son œuvre.   

6ème étape : du Mont Ventoux au Pont d’Arc.

Beaucoup me demandent comment s’est passée ma nuit là haut, à cause du vent notamment. j’ai eu beaucoup de chance car il a fait 11 degrés et peu de vent. Il est vrai qu’il y avait pas mal de monde pour admirer le coucher du soleil (grandiose je vous le conseil!), mais après tout le monde est parti et je me suis retrouvé seul là-haut sous ma tente ! Un vrai « spectacle » de voir toutes ces lumières à perte de vue à 360 degrés, les orages d’un côté, les sommets des alpes éclairés par la lune de l’autre. Du coup je n’ai pas trop dormi mais j’ai bien profité!

A 6h30 la descente est rapide, on passe de 1900 m à 300 m d’altitude, il n’y a personne et je fais l’ouverture du marché local à Malaucène. Je repars, le temps a déjà bien changé, il pleut déjà et le Ventoux se cache. J’ai bien fait de monter hier soir!

Maintenant place à la plaine, les vergers du Vaucluse et vignoble de Châteauneuf du Pape via les pistes cyclables dont la plus connue est la Via Rhôna (qui relie le Léman à la Méditerranée). Ce n est pas la partie que j ai préféré pourtant sur les 50 km que j’ai emprunté (bin oui j’ai trouvé le moyen de me perdre !) j’ai croisé une trentaine de cyclotouristes. En tout cas pour ceux qui aiment le plat c’est top!

Le soleil revient très vite et la chaleur avec, mais je suis habitué à rouler toute l’année par tous les temps donc ça va.

Les gorges de l’Ardèche sont quant à elles toujours aussi belles et sinueuses. Je les ai faites l’après midi par 37 degrés après avoir piqué une tête à St-Martin, mais ça passe en faisant des pauses à tous les points de vue!

Je serai arrêté un peu tôt par la pluie mais surtout l’orage au célèbre Pont d’Arc, mais finalement c’est pas si mal, comme ça j’ai toute la soirée pour en profiter et repartir plus frais demain!106530205_10220017217038752_5740498170105244950_n

Pour plus de photos et laisser un commentaire :  La MIKAWAY jour 6

une journée mi-ventoux, MIKAWAY*

Il continue de se rapprocher de son but et conserve cette bonne humeur et le plaisir de partager l’aventure. On ne saura jamais si il a eu des galères, si il a crevé, eu un coup de pompe ou une pensée négative. Non il donne du frisson positif et il faut voir les commentaires sur son site pour s’en assurer. 

Étape 5 : comme dans un rêve!

Enchaîner en 3 jours l‘Iseran, le Galibier et ce géant de Provence : le Mont Ventoux, je suis comme un gamin qui réalise ses rêves sur son vélo!
Je ne pensais pas être là ce soir, la tente plantée sur le Mont Ventoux, à m’extasier du coucher de soleil.

La journée à profiter dans les champs de lavande aux chants des cigales (ça change des marmottes d’hier!), sur les petites routes sinueuses des gorges de la Méouge où ça fait toujours du bien de piquer une tête car 34 degrés ça tape!

A 16h à Sault je n’ai pas envie d’arrêter là. Une triple glace au Calisson (c’est local!), une tarte au citron. 3,5 litres d’eau et 5 kg de nourriture de plus sur le vélo et c’est parti pour le Ventoux ( il n y a pas d eau là haut si j y arrive et si j y reste il vaut mieux prévoir!)

La montée se passe vraiment bien, tant d’encouragements, je suis obligé d’aller en haut mais quelle bonheur!

Je mange au sommet et j’y plante la tente…je n’ai pas envie de redescendre…
C’est juste magique!

Un truc que je pensais aujourd’hui sur mon vélo…car j ai le temps de penser! Le truc que je transporte depuis le début et qui m’est le moins utile…..un livre! Je ne l’ai même pas ouvert! Demain je le donnerai à un gamin dans un village. Je ferai un heureux (ou pas!) C’est sur qu’il préférerait ma plaque de chocolat! Mais ça je garde!!!106669662_10220001450764605_3101468246414958463_n

pour retrouver toutes les photos et commentaires cliquez : la MIKAWAY jour 5
* En PLS pour les titres. Pourquoi mi-ventoux?  Parce qu’il n’en est pas descendu et a planté sa tente au sommet.

J’dis ça, j’dis rien mais c’est dit.

Pendant que certain font de la bicyclette et en attendant la reprise des compétitions qui devrait avoir lieu à BULLE le 11 juillet, d’autres maintiennent le rendez vous hebdomadaire sur la place rouge d’ÉVIAN le mercredi à 18 h 30. Un échauffement d’une vingtaine de minutes sous forme d’un footing durant lequel nous perdrons par manque de temps Fred HARDUIN (nouveau président).

Nous nous retrouvons un groupe de 9 sous la direction de mini jolie pour les éducatifs. Une fois fait, Emilie passe le relai à Margot et c’est parti pour 6 séries de 240 mètres au taquet entrecoupées d’exercices de renforcement musculaire de 1 minute (20’’ d’exercice, 10’’ de récup x 4). Vous n’avez rien compris? Le plus simple c’est de venir voir.

Toujours une belle ambiance et c’est suivi d’un pique nique orageux. Merci à QUAI 17 de nous laisser utiliser ses tables, ses chaises et nous permettre d’être à l’abri quand le temps se déchaine. Merci aussi à l’équipe de Jean Michel AULAS (O.L) qui s’est plaint d’être victime d’injustice durant tout l’été sur les ondes mais qui interdit totalement l’accès au stade pour les entrainements des jeunes. Ils ont aussi une saison d’été à préparer et ont été aussi confinés. Si vous êtes les bienvenus pour préparer vos échéances européennes que l’on vous souhaite victorieuses, vous pourriez permettre aux utilisateurs réguliers du stade de s’entrainer à des heures qui vous conviennent. parenthèse fermée.

Sinon LENNY est à 1’28’’ de planche (Objectif 1’45’’) et le record détenu par la coach de 12 burpees en 24’’ est à battre. Si OUPSI vient la semaine prochaine la famille MAGIN sera au complet. Merci Dorine de ta présence. Sinon, si ça rigole beaucoup, ça se challenge aussi lors des courses.

 

il a mis l’k way et pris la MIKAWAY*

Étape 3 : et quelle étape!
Tout d abord merci à tous pour vos petits messages ça fait super plaisir même si je n’en demande pas tant! 😉 Pour moi rouler est un plaisir et je vois que partager un bout de ces aventures vous fait voyager et rêver un peu! Après je vous emmènerai bien 😎, mais quand je vois les félicitations et encouragements des autres cyclistes ou simples touristes au bord des routes, j’ai l’impression de passer pour un extra-terrestre. Pourtant j’ai juste rajouté quelques sacoches! Lol

Ce matin départ classique à 6h30 pour les 45 kms de montée vers le col de l’iseran. Les 2 premières heures sont un peu longuettes ( j ai toujours pas fini de digérer mon kg de beaufort 😬!) mais surtout je me fais doubler par des dizaines de voitures avec le vélo sur le toit (forcement l’iseran depuis val d Isère c’est plus facile!). Arrivé à val d’Isère à 9h un panneau indique que la circulation sera interdite à tout véhicule ce dimanche de 8h à 12h. Me voilà bien…

Je vais au renseignement et j’ai juste une chance énorme. C’est le seul jour de l année où le col est réservé aux cyclistes!!! ♥️ dans les 2 sens! Le rêve! Je monte avec 600 cyclistes éparpillés sur la distance. Je papote avec tout le monde (certains qui me doublaient en voiture plus bas pensaient que j’avais tout calculé pour être là ce jour dans ce timing!), tout le monde s’encourage. Il n y a que le bruit de la nature, la montagne, le bonheur.

Des moments comme ça il faut les vivre, ça ne se raconte pas!

A 11h je suis déjà au sommet du col le plus haut d’Europe! Et en plus ravito offert ♥️♥️♥️ à ce rythme là il y a les masseuses prévues à l’arrivée!?! Lol (A non ce n’est pas le tour de france là !)

Descente rapide jusqu’à Bonneval sur arc où j’arrive à 11h50. Wahou… des centaines de motards impatients attendent 12h que la route ré-ouvre! J’ai eu chaud!
Ensuite vallée de la Maurienne, joli village (bessan où je re- pique-nique, termignon…), village moins beau et vent de face (Modane…)

15h à st Michel de Maurienne. Je pensais arrêter là mais bon. Une pizza, une tarte au citron, et c’est reparti pour le col du télégraphe. J’ai déjà 2200m de dénivelé dans les jambes je suis plus à 700m près!

Bizarrement il n y a plus un seul vélo. Je ne sais pas ce qu’il y avait dans la pizza mais j ai des jambes de feux et toutes fraîches. Je monte les 12 km du col en 1h30… j’hésite à monter bivouaquer au galibier ( d ailleurs Loïc De Marchi j’y serai demain entre 9h et 10h je pense si jamais! ). Je me pose au camping à Valloire et suis déjà pressé d’être
demain!
106526008_10219980698645815_4587985756742766508_n
retrouvez l’étape complète et laissez vos commentaires en cliquant : la MIKAWAY jour 3
* va falloir aider un peu pour les titres. je ne vais pas arriver au bout du périple. suggestions bienvenues

l’ami caouette? Non! la MIKAWAY!

épisode 2 du périple de Mickaël VOISIN directement sur son facebook pour les commentaires et encouragements en cliquant : mikaway jour 2

Étape 2 : un départ à la fraîche à 6h30 car les orages sont annoncés à la mi-journée. Le col des Aravis pour commencer, à cette heure là je suis seul au monde et j ai bien récupéré de la veille. J’ai l impression de monter en vélo électrique 😁 (ça ne va pas durer!)

Après la descente sur Flumet, le col des saisies dans la foulée. C est beau et je profite!
J arrive a Beaufort à 11h. Je pensais peut-être m’arrêter là mais finalement ce n’est pas les quelques nuages gris qui bourgeonnent qui auront le dernier mot!

Je me ravitaille en fromage (obligé!) et discute avec un mec qui me conseille le col du pré (ah ouais je l’avais pas vu celui-là sur la carte 🤔) . C’est un peu plus long et ça monte un peu plus…mais il y a moins de trafic! Allez convaincu! C est parti pour 14 kms de montée où le pourcentage est toujours entre 8 et 11… pause pique-nique au milieu du col (à Boudin..ça ne s invente pas!) où les locaux très sympas veulent tout savoir sur mon aventure, te payent le café… Très sympa mais j ai encore de la route moi! surtout que je rattaque en plein caniar sur des portions qui font mal : heureusement je monte avec 2 toulousains qui font le col de leur année (enfin qui essaient!) et rien qu’à voir mes sacoches, ils prennent peur! avec leurs femmes et amis qui suivent en voiture, musique à fond…ça boost! Et arrivée au sommet avec l ovation!

La vue sur Roseland où la Pierra menta en valent la peine au milieu des alpages.

Vient ensuite la montée vers le cormet de roseland…vu mon rythme j ai le temps de profiter des paysages! Il y a beaucoup de monde par là l’après midi… La plupart des gens croient que mon vélo est électrique (je voudrais bien les voir dessus!!!) mais leurs encouragements si nombreux font tellement plaisir!
Pause au sommet. 2800m de dénivelé avec le chargement j’ai ma dose! 😁
Longue descente vers Bourg Saint Maurice.
Il n’est pas tard mais j’en ai assez, surtout vu ce qui m’attend demain!
Finalement je l’ai bien-aimé ce col du pré. Allez y faire un tour,  vous verrez c’est sympa!
mika jour 2 (16)

 

Le tour de France? Non! la MIKAWAY!

Attention, nous parlons d’un élément du groupe hors stade parmi les meilleurs à tous les niveaux (performances, bonne humeur, disponibilité…). Il était dans la short liste des sportifs de l’année 2019 du club. Puisque les résultats de la saison estivale tardent à venir, nous allons suivre les pérégrinations de notre Tintin (et PAF? te voila baptisé). Le contexte? il l’explique parfaitement. En fait tout est parfait dans son périple, dans ses textes, et nous vous encourageons à le suivre sur son facebook ou vous pourrez lui délivrer des messages  d’encouragement. Voici la saga de Mickaël VOISIN: Sans titre

Cadeau!!!  l’épisode 1  en cliquant sur ce lien : la mikaway épisode 1

Étape 1 : un départ sur le coup des 10h après une petite matinée de boulot (com d hab diront certains! 🤪), un coucou au philou avec son joli masque 😉, et c est parti pour l interminable route de Morzine ( ce sera peut-être la pire de tout le voyage!), 3h pour rejoindre les gets…dans les montées je sens bien les 40 kg du vélo+sacoches et je plafonne à 6km/h 😫!!! La pluie arrive dans la descente jusqu’à Cluses au moins j’ai pas trop chaud!

Viennent ensuite les 17kms de montée du col de la colombiere. Tres agréable car il n y a pas de circulation! Le soleil revient mais le pourcentage de pente s’élève au fil des kms avec les 3 derniers qui m achèvent 9%, 10%, puis 11% 😫😫😫

Quelle idée…dire que je pourrai être dans mon transat 😎 pfuuu!
Je récupère dans la descente et hésite à attaquer le col des aravis. Mais non, la route est encore bien longue et il est plus sage de se poser au camping à st jean de sixt pour bien récupérer.
La route va être longue 😉
105344662_10219961043674453_9133581249564528603_n

Danie nous présente à ses parents

IMG-20200627-WA0004Angie et Victorien bien sûr. 

Hello DANIE.

IMG-20200612-WA0001C’est vers 4h12 au matin du 11 juin 2020 que Danie a enfin décidé de passer la ligne de départ de sa vie. Avec ses 3 kg 100 et ses 48 cm (ces échanges d’informations m’ont toujours surpris) il a longuement hésité, négociant avec sa mère durant presque 50 heures son arrivée. Ce qui est certain c’est que le nouveau né a mis ses parents à l’épreuve. Moitié normand, moitié savoyard, Danie a prouvé d’entrée de vie qu’il avait du caractère. Les Curriculums vitae sportifs du père et de la mère ne laissent aucun doute sur le patrimoine génétique dont va hériter ce futur athlète. Heureusement que la nouvelle maman est une battante bien entrainée, une tenace qui ne renonce jamais (sur le coup ça tombe plutôt bien). Le père, époustouflé par l’endurance de celle qui lui a offert une belle descendance, assure qu’elle est prête maintenant pour enchainer des ultra trail en mode warrior. IMG-20200612-WA0003. Pour ceux qui ont côtoyé le nouveau papa lors de ses entrainements ou aperçu à l’arrivée de son dernier 10 km, nous savons qu’il peut finir au delà de lui-même. Ce long et difficile épisode est déjà loin derrière et toute la petite famille se porte à merveille. L’A.C.EVIAN  félicite chaleureusement les parents et offre sa première licence à Danie. Bienvenue gamin.danie

C’est qui les parents? J’sais pas. j’attend la photo de famille.

AÏE encore mais pas seulement

Afin de se préparer au mieux au réveillon de noël qui aura lieu dans quelques heures et 6 mois pile poil  plus tard quelques adeptes de Véronique et Davina (TABATA années 80) se sont retrouvés une fois de plus sur la place rouge… d’EVIAN  pour une séance de tabata. Même si le rassemblement n’est plus exclusif A.C.EVIAN nous avions quand même 6 représentants du club. Ils ont participés aux différents exercices, allant de la simple visite jusqu’au verre de l’amitié. Jumping jack, burpees, fentes avant, de coté, gainage et abdominaux en tout genre au programme avec bien entendu les 240 mètres de course répétés 6 fois.

Par ordre d’apparition, et parce ce que cela nous a fait un grand plaisir de la voir, notre cascadeuse Christel HARDUIN est venue nous rendre visite. Trop tôt pour reprendre les efforts après sa chute de cheval mais son passage était rassurant quand à son rapide rétablissement. Dans la même catégorie des visiteurs, Charline COMPOIS, certainement très facile dans tous ces exercices, a fait un bref passage et a promis d’être en tenue la prochaine fois.

Elle était accompagnée de THOMAS qui participa avec courage à toute la séance. Quelques tabatas et il sera parfaitement à l’aise. Valérie MAGIN et Lionel, son mari, commencent à avoir le rythme et enchainent maintenant facilement les ateliers.  Tout comme Bernard GUÉPRATTE qui ne peut avoir la moindre défaillance sous peine de se voir « exécuter » par Margot, sa coach de gamine.

Pour compléter l’équipe de l’AC EVIAN, et c’était une bonne surprise, Frédéric HARDUIN, nouvellement élu à la tête du club,  est venu participer à l’échauffement avant de se réfugier prudemment auprès de sa fille pour profiter du spectacle. Serait-ce l’adoubement espéré depuis 5 semaines par les initiateurs de ce regroupement hebdomadaire? En tout cas c’était sympa d’être venu. La foulée est restée alerte. L’invitation tient pour les semaines à venir.

Les autres participants hors ACE ne sont pas des inconnus. Même si il tente de le rester, Tout le monde le connait maintenant et PR, capteur d’émotion et dealer de clé usb, a tenté, sans grande conviction de se mêler aux exercices.  Va falloir muscler ta volonté monsieur P. ou reprendre en mains ton matériel. Les deux options nous feront plaisir.

Quand à notre GUESS depuis deux semaines, il est le responsable du dernier exercice de la séance. L’objectif de LENNY est de tenir la planche pendant 1 minute 45 secondes. La semaine dernière il s’est écroulé à 1’10’’. Cette semaine il tient les 1’15’’. Bravo.

Évidemment une fois terminé c’est au soleil couchant et au bord du lac que la plupart se sont séparés après un pique nique. Pour ceux que les efforts rebutent, rejoignez nous directement vers 20 heures pour profiter du cadre et passer un bon moment.

La croisière s’amuse

 

IMG-20200527-WA0014Deux sourires de plus dans le groupe tabata du mercredi soir lors d’une belle séance qui a mêlée le plaisir de se retrouver, de faire du sport et  de pique niquer, le tout en parfaite sécurité. Des exercices variés, le temps d’un parcours réalisé par un des pratiquants. A la fin d’une boucle de 200 mètres avec passage sur des plots, une question posée et sans bonne réponse…. vlan 30″ de plus à s’agiter pour tous. Burpees, mountain climber, fentes, jumping jack, squats, gainage au programme. IMG-20200527-WA0019Une fois la séances terminée et toujours en respectant les gestes barrières, c’est le restaurant, LA CROISIÈRE qui a fourni les pizzas dégustées au bord du lac. Une belle occasion, pour ce sponsor de l’AC EVIAN de se faire connaitre. Il ouvre dès la semaine prochaine.

On s’est régalé

 

Peu de courageux (mais fallait-il du courage pour venir au bord du lac par une fin d’après-midi magnifique) se sont présentés au TABATA (exercices de renforcement musculaire entrecoupés de courses rapides). Organisé sur la place rouge à Evian en   l’honneur du soleil, de l’envie de se revoir, de faire du sport et de passer un moment convivial.

Attention vous ne verrez pas de photos avec des commentaires assassins sur l’inconscience des gens depuis la fin du confinement. Vous trouverez en fin d’article les commentaires de quelques passants absolument neutres. Mais si la séance concoctée par un ancienne du club a laissé des courbatures encore présentes 3 jours après les faits, le repas qui a suivi fourni, par l’excellente crêperie la VGTABLE, a largement compensé ce petit désagrément. A signaler que le VG TABLE a repris du service en take away ou vente à emporter. 20200520_200059

Les plats sont excellents, tout est frais et préparé « maison ». Le conditionnement vous permet de déguster une crêpe chaude au bord du lac et les salades sont consistantes. Bref c’est en toute modestie un sans-faute pour l’entrainement et un 5/5 pour la restauration. A l’horaire du « un dîner presque parfait » qui scotche beaucoup de monde prudemment dans son canapé, nous avons créé  « l’entrainement/diner parfait ». Et l’expérience sera renouvelée la semaine prochaine si la météo est aussi gracieuse. Nous soutiendrons alors un autre sponsor du club : LA CROISIERE  qui pourra nous livrer des pizzas.

commentaire de passants anonymes:

IMG-20200520-WA0011Olivier.V de  Grenoble: Le sport est bon pour la santé et les défenses immunitaires sont renforcées lorsque ça se pratique avec les précautions d’usage. En bonus les moments de bonnes humeurs sont extrêmement recommandés.

Edouard P du Havre : Comment mieux déconfiner qu’en montrant l’exemple. Il faut s’adapter à ces nouvelles pratiques de la vie sportive, en tout cas pour le moment.

logo-vg-tableMuriel P. de Paris. Les entreprises s’adaptent et redémarrent dans certaines conditions et c’est bon pour notre économie.  Il faut les soutenir comme elle le font pour d’autre cause quand tout va bien.

Professeur R  de Marseille : Pour moi la pandémie est dans notre dos.  Vu à la vitesse de course de ces athlètes le virus ne risque pas de les rattraper. Les repas semblaient savoureux bien que j’aurai mis un ingrédient de plus, pour renforcer encore les défenses.

Manu M de jupiter : P… comme ça fait plaisir….

 

1er mai! reprise du travail

En attendant la parution de confidences de confinement n°10 qui sera mis en ligne peut être ce soir si vous avez non seulement nettoyé votre balcon mais aussi fait ce qu’il y a lieu d’y faire vers 20 heure.

Screenshot_20200501-075648_Facebook

En tenant compte des information ci dessus veuillez donner vos réponses sur le Facebook du club (ou directement sur le site en cliquant sur la bulle en haut a droite de l’image mise en avant). Un bon moyen pour évaluer votre fréquentation du site et vos connaissances. Les meilleures réponses verront leurs auteurs exemptés de rentrée scolaire, privilégiant ainsi ceux qui ont un léger retard en calcul mental. Ce ne sera pas le seul critère pour retourner étudier; il faudra aussi être gaucher, viser de l’œil droit, avoir une plaque d’immatriculation avec un 6 et ne pas porter d’appareil dentaire.

VOICI LES QUESTIONS:

1: quelle distance devra être respectée entre le premier et le dernier sachant que nous avons 7 coureurs.

2: Dans un peloton complet qui se déplace à 5 minutes/kilomètre, quel est le temps qui sépare le premier du dernier?

3: Sera-t-il possible de doubler? 

A vous de jouer

sortie de confinement par l’ACE

Chaque année, nous mettons à contribution des entreprises pour la réalisation du magazine annuel. revues de l’ACE .Leur participation financière ou leur mise à disposition de leur matériel et/ou compétences sont très importantes pour le club. Nous pouvons ainsi acquérir du matériel, financer les déplacements des athlètes, honorer les engagement pris auprès des officiels et entraîneurs… bref faire vivre le club. Nous aurons l’occasion, en fonction de l’avancé du déconfinement, d’aider à notre tour ces partenaires pour certains durement touchés. Privilégier ces sponsors de proximité lorsque nous sortirons de cette période sera un juste retour.

Si nous vous encourageons à rester chez vous actuellement, nous vous conseillons de passer chez eux dès que possible.

Nous vous savons généreux, soyez reconnaissants.

Ce soir, après le rendez vous de 20 heures, sera mis en ligne confidences de confinement n°9.

1 x (participante, gagnante, kilomètre, heure, prise)

En attendant le prochain portrait de « confidences de confinement » qui devrait être mis en ligne après le traditionnel hommage à ceux et celles qui depuis plus d’un mois assurent un fonctionnement quasi normal des magasins essentiels ainsi que du système médical, nous vous proposons le reportage de la cérémonie de remise de LA récompense promise à la meilleure vidéo sur le thème « sport et confinement ».

c’est drôle ce titre quand on connait les parents non?

 

 

 

 

Vous n’avez pas une heure à perdre?

En attendant la parution de confidences de confinement n°7 en début de soirée, juste après les applaudissements de circonstance en cette période ensoleillée d’assignation à résidence, nous vous suggérons de vivre l’heure la plus intense de votre vie. Par celui qui vous avait proposé le défi40aine, une vidéo (18mn) d’un pari relevé. Votre exploit ne sera pas de regarder la vidéo mais de faire le même chose ou un pari tout aussi fou.

Nous vous avions demandé de nous faire passer des infos sur vos entrainement durant le confinement. Une première vidéo nous revient. Âmes sensibles s’abstenir. Il s’agit de combat entre une mère maltraitée et sa fille. C’est intense et limite insoutenable.

Mais ce qui a été promis sera honoré et c’est Emilie MAGIN qui remporte le magnifique stylo. Nul doute qu’elle écrira avec les plus belles pages de l’histoire de l’A.C.EVIAN.

Stylo

confidence de confinement n°2: Emilie et Valérie MAGIN

C’est un binôme fidèle au club depuis 2009 qui vous est présenté. Minie jolie, petite et timide enfant a fait son chemin, même si elle n’en arrive pas toujours au bout (voir anecdote). Elle est maintenant une athlète à la très belle technique qui pétille de malice. Elle a conservé un naturel d’enfant avec un caractère d’adulte. Valérie, sa mère est sans contexte une athlète qui fédère autour d’elle. Sous des aspects gentils et un discours prônant le footing loisir elle est en réalité une réelle compétitrice… qui veut s’ignorer.

NOM : MAGIN   Prénoms Emile et Valérie. Années de naissance : 2002 et 1972
Fonction au club : athlètes et bénévoles à l’occasion depuis longtemps. (2009 Mimie et 2011 Val)
spécialité sportive : 800 m pour la fille et préférence pour le semi-marathon pour la mère
Autres sports pratiqués : rando

Pouvez vous en quelques mots vous présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ? : Valérie : Factrice dans la vie mais surtout maman de 2 filles, Dorine 21 ans et minijolie.. (accessoirement excellente masseuse NDLR)
Coucou mimie c’est moi, je suis arrivée le 5 février 2002, pas au club mais dans ma petite famille, je suis étudiante en terminale ES dans le but de faire STAPS et coach sportive dans mon avenir…

Raconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ?
IMG-20200405-WA0003Valérie : Comment dire… Ma carrière sportive si on peut dire carrière, a débutée très jeune avec la pratique de la GRS, je me suis vite aperçue que cela n’était vraiment pas fait pour moi… J’ai donc opté pour la course à pied que je pratique en loisir footing depuis l’âge de 15 ans. Puis c’est en accompagnant Dorine, ma fille, à l’athletic club d’Evian, que j’ai croisé Catherine Petit ( secrétaire du club ndlr) qui me voyait courir et qui m’a donc invité à faire partie de ce club sympathique.

IMG-20200405-WA0002

Mimie : Ayant ma sœur comme modèle (lol), et comme la petite sœur copie toujours la grande, je me suis inscrite au club dès que je l’ai pu, et c’est là que ma grande carrière d’athlète professionnelle a débuté, j’ai gravi les échelons d’années en années pour enfin arriver au niveau régional (rire).

Ton meilleur souvenir en compétition ?
Valérie : Alors en réalité, je n’ai pratiquement que des bons souvenirs de mes compétitions, mais quelques-unes m’ont plus marquées que d’autres. Comme mon premier trail à Marsanay avec une super équipe où nous avions partagé que des bons moments…  La suivante, mon 1er et dernier 5000 m sur piste en 2013 où nous devions être plusieurs du club sur la ligne de départ mais je me suis retrouvée la seule féminine au milieu de 4 hommes dont Manu et Seb. 5000m mémorable où je me suis fait prendre quelques tours mais un souvenir qui reste gravé grâce à l’ambiance, à l’encouragement de ma famille et des athlètes hors stade. Résultat final : dernière en 22’45 »
Et enfin, les 10 km d’aix Les Bains en 2019, partagés avec Mimie pour qui c’était le baptême
minie jolieMimie : Si l’on oublie les nombreuses compétitions ou j’ai fini en pleurs, certaines restent quand même des merveilleux souvenirs… Le meilleur reste mes premiers interclubs en 2018, sous un beau soleil, avec une superbe équipe et une ambiance exceptionnelle.

Le résultat dont tu es la plus fière ?
Valérie : Si l’on oublie le résultat sportif, le résultat dont je suis le plus fière est mon 1er marathon qui se déroulait à Annecy en 2015.
Mimie : Pour ma part, le résultat donc je suis le plus fière car, seule détentrice du record, mon 800m d’Ambilly en 2019 que j’ai transformé en 720 m. (vaut mieux en rire qu’en pleurer)

As-tu un rituel d’avant compétition ?
Que ce soit pour l’une ou pour l’autre, nous arrivons toujours à dissimuler un mot d’encouragement dans le sac de compétition.

Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais dîner :
Renaud Lavillenie et Renelle Lamote pour Mimie
Pour Vava, les seuls sportifs avec qui j’ai plaisir à manger sont les sportifs du groupe hors stade, avec qui il y a toujours de bons moments à partager.

3 événements sportifs qui t’ont marqué :
Pour Mimie : Le titre de champion d’Europe de Pascal Martinot Lagarde sur 110m haies en 2018.
Pour Vava : Le titre de Champion du monde de Pierre Ambroise Bosse en 2017 et également lors de ma jeunesse la 1ere victoire à Roland Garros d’André Agassi en 1999.

IMG-20200405-WA0008Ton lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club :
Pour Mimie : Le stade, La tarte flambée et pour l’anecdote, la panne au bord de la route pour se rendre au 10 km d’Alice à Annecy, où Margot et moi avions été dans l’obligation de rencontrer le père fouettard pour changer une roue.
IMG-20171105-WA0003Pour Valérie : La plage sans personne, le fish and ship et pour l’anecdote, la Vitalavie sous une pluie battante avec un échauffement dans la voiture avec mon coéquipier Bernard.( échauffement validé par Yoyo le chauffeur (et mari accessoirement NDLR)

Ta qualité :    Pour Mimie: La joie de vivre . Pour Vava : Généreuse
Ton défaut : Pour Mimie : Manque de confiance en moi . Pour Vava : Anxieuse
Un adjectif pour te décrire: Pour Vava : Petite. Pour Mimie : Plus grande que ma mère   Ta devise : Pour les 2 : « l’envie d’essayer »
Commentaires libres sur le club :
Entraîneurs sympas, entraînements sympas, ambiance sympa, athlètes sympas donc club sympa x4
Un mot sur la situation actuelle avec la pandémie:
Ma mère, ma grand-mère nous avait prévenu mais on l’a pas cru. Mais maintenant nous voilà dans cette situation. Le confinement… Angoissant, stressant lorsque l’on pense aux malades et aux aides-soignants… Mais confinement, c’est l’occasion de se retrouver pour un bon et long moment en famille, pas toujours facile, mais l’occasion de partager de nombreuses activités toutes plus folles les unes que les autres (chorégraphies, olympiades, parcours du combattant) qui nous amène à des situations ridicules.

merci Valérie et Émilie: prenez soin de vous

L’A.C.EVIAN crée un sport-étude

Puisque nos chères têtes blondes semblent accablées par les devoirs et leçons à la maison, et en attendant une éventuelle rentrée bis pour cette année 2020 bien pourrie, le comité a décidé d’alléger les charges d’entrainement. Ce n’est pas pour autant que toute activité physique est stoppée. Nous nous adaptons à la situation en créant le premier sport-étude athlé confiné toutes catégories. Celui qui retournera une vidéo de son atelier de lecture avec l’exercice réussi recevra un superbe stylo. Les rushs des tentatives ratées sont aussi les bienvenues. Envoyez votre vidéo à lestagiaire74@gmail.com

MOKA Tsing a dit: » si ton ami est bête comme ses pieds, éduque les pieds ».

rendez vous ce soir, après les applaudissements de 20 h  pour découvrir le second portrait d’une personnalité du club.

 

 

 

Confidences de confinement. épisode 1: Stéphane Chary

Nouvelle rubrique en attendant la capitulation du Covid 19 . Puisqu’il est impossible de nous rencontrer, faisons connaissance. Nous commençons cette rubrique par celui qui ne déçoit jamais. Revenu au club pour apporter son expérience, il l’a fait en toute simplicité laissant ses athlètes le découvrir et ses partenaires l’apprécier. Vous en apprendrez encore beaucoup en lisant son portrait mais vous ne saurez pas tout. 

photo_377946NOM : Chary    Prénom : Stéphane Année de naissance 1972 Fonction au club : entraîneur demi-fond depuis 2018     spécialité sportive : course à pied. Autres sports pratiqués : ski, volley, chocolat.

Peux-tu en quelques mots te présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ? Je fais suer des jeunes athlètes plein de motivations au club et je fais suer (aux deux sens du terme ce coup-ci) des élèves un peu moins motivés pour certains (…) en Eps (éducation physique et sportive) !

Comment es-tu arrivé à prendre des fonctions à l’A.C.Evian ? j’y suis très bien arrivé ! Après un premier passage de 2000 à 2004, retour au bord du lac en 2018.

meetingstrasbourg2000

1500 mètres  qualificatif pour les J.O de Sydney 2000. Stéphane fait le lièvre devant Benson KOECH (le lièvre d’El Gerrouj).  Mehdi BAALA et tous les meilleurs français suivent.

Raconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ? Commencée en club, en cadet 1, via les cross scolaires. Plusieurs médailles aux championnats de France en cadets et juniors (piste, salle, cross), un petit tour avec un survet floqué bleu blanc rouge puis des chronos sympas et quelques médailles en universitaire.
15 ans à encadrer les stages régionaux (Franche Comté) et interrégionaux.

Ton meilleur souvenir en compétition ? La dernière ligne droite lors de mon titre universitaire sur 1500m.

Le résultat dont tu es le plus fier ? 2’22 au 1000 m (soit 25,35 km/h NDLR)

As-tu un rituel d’avant compétition ? Aucun….

Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais dîner :Jonathan Edwards, Jan Zelezny et Haile Gebresselassie

3 événements sportifs qui t’ont marqué :Le meeting de Zurich de 1997 avec 3 records du monde (800-5000 m et steeple) et une ambiance de folie dans le stade où j’étais en tant que spectateur.

Ton lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club : Pas loin d’ici, au printemps, des petites fleurs, sur les montagnes avoisinantes avec vue sur le lac.
Une crème brûlée.
Les supers déplacements d’il y a quelques années avec le groupe demi-fond (Cyril, Jean-Paul, Paul, Frederic, Michel…)

Ton élève préférée : sans hésiter une certaine Alice !!!! une future médecin de haut niveau !

Ta qualité : plutôt calme. ton défaut : gourmand. Un adjectif pour te décrire : relax. ta devise : keep cool….

Commentaires libres sur le club : Un petit club où il fait très bon vivre !!!!

Pour finir Stéphane que pourrais tu dire sur la situation actuelle : C’est l’histoire du quasi invisible, un micro-organisme parti en footing de Chine et qui se découvre une âme de sprinteur et marathonien pour arriver à bloquer une planète entière…

Pris à la légère au début, il a surpris tout le monde par sa vitesse et surtout par ses conséquences plus que néfastes. Lui, il a réussi sa course et nous on cavale derrière pour le rattraper et le battre à plat de couture… De la patience, du courage il nous en faudra et espérons qu’une fois tout ceci terminé, cela amènera du changement dans nos comportements, nos modes de vies, nos achats, bref que ça nous fasse réfléchir…

Les « venus de nulle part », les « ah ben maintenant font qu’on change les choses », ça s’est déjà vu en athlétisme, rien à voir avec la situation sanitaire actuelle, mais en voici quelques exemples.

Abebe BIKILAVenus de nulle part Abebe Bikila l’était. En 1960 aux JO de Rome, avec ses pieds nus et sans grande référence chronométrique il a surpris tout le monde en remportant la médaille d’or et en battant le record du monde. Un résumé de la course ici. Il récidivera avec des chaussures 4ans plus tard.

« Je me colle au fond et je double tout le monde » c’était aussi la tactique risquée de Dave Wottle, coureur de 800m. Avec sa casquette, il se place en queue de peloton, voir même à 4-5 mètres de l’avant dernier coureur et à 600m de l’arrivée il accélère… Culotté et très risqué comme tactique, il gagnera l’or sur 800m aux JO en 1972 avec 3 centièmes d’avance…

« Ah ben maintenant faut qu’on change le règlement !!! »

En 1964 aux JO de Tokyo Bob Hayes est un des favoris du 100m. A cette époque les pistes sont en cendrées. L’américain a tiré le premier couloir lors de la finale. La piste est détrempée, le premier couloir est en très mauvais état par rapport aux autres. Un vrai champ de labour. Néanmoins il gagne en 10″0. Suite à cela il a été convenu que les coureurs les plus rapides, suite aux demi-finales, soient placés aux couloirs du milieu puis on écarte sur les autres couloirs pour les coureurs suivants.

Autre changement, autre raison, le lancer de javelot. Le règlement actuel stipule que le lanceur lance sans tourner le dos à l’aire de chute (pas de mouvement de rotation), en tenant le javelot à la corde de prise et avec le bras passant au-dessus de la ligne d’épaules. Cela semble normal et logique mais ceci est dû à des tentatives certes efficaces mais dangereuses pour propulser le plus loin possible cet engin. En 1956 l’Espagnol Felix Erausquin imagine une technique de lancer inédite. La moitié du javelot coincée entre son torse et son avant-bras, il tourne à la manière d’un discobole. Et comme il faut bien que l’engin lui glisse entre les mains, il l’enduit de savon noir. Malin et efficace. Grâce à la force centrifuge, cette technique lui permet de lancer à plus de 100 mètres quand, à l’époque, le record tourne autour de 85 mètres. » (Cf. article libération du 28/08/99). Seul hic à cette technique, aucune certitude quant au lieu de retombé du javelot, ça tombait aussi bien dans les tribunes que sur la pelouse…. Là y avait danger et la mode des piercings n’existait pas encore…

75481820_2714956558554553_7628467383530684416_oIl faut des éléments marquants pour modifier des règlements, des modes de vie, espérons encore une fois que ce fichu covid19 nous fasse grandir….

Merci Steph: prends soin de toi.