confidences de confinement n°13 Charline et Thomas COMPOIS

C’est le nouveau binôme frère/sœur qui est arrivé en début d’année dans le groupe hors stade de David HERACLIDE. Elle, plutôt discrète et plus obligée par le choix du frère que séduite par la discipline. Lui, heureux de trouver un encadrement rassurant où il pourrait s’exprimer. C’est lui qui a décidé car Thomas a un caractère bien marqué. Charline s’est contentée de suivre au départ, puis le plaisir est venu lors des rendez-vous bi-hebdomadaire. Totalement intégrée au groupe hors stade, elle vient de faire sa première course pour le club à l’Anthychoise alors que le frère était déjà récompensé depuis novembre, dès sa première tentative. Thomas a montré  rapidement des qualités évidentes alors que Charline les découvre progressivement. Deux belles recrues qui devraient encore nous surprendre sportivement et humainement.

IMG-20200509-WA0013NOM : COMPOIS. Prénom : Thomas et Charline. Année de naissance 1998 et 1990

Fonction au club :  Adhérents. Spécialité sportive : Thomas le tour du Chablais en vélo électrique. Charline Raquettes de plage (wimbledon beach), record détenu

IMG-20200509-WA0015Autres sports pratiqués : Thomas  randonnée, course en montagne, escalade et via ferrata (membre du C.A.F). Charline randonnée, course en montagne, vtt, ski , fitness

Peux-tu en quelques mots te présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ?Athlète du groupe hors stade de David HERACLIDE. Thomas ; actuellement en recherche d’emploi après avoir obtenu récemment mon CAP dans la restauration cuisine en collectivité. Charline Gestionnaire pour une compagnie d’assurance

Comment êtes-vous arrivés à l’A.C.Evian.: Thomas j’ai gardé un bon souvenir de mes entraînements scolaires avec Jean Baptiste, j’ai donc voulu reprendre afin de partager un sport avec ma sœur. Charline je souhaitais partager également une activité avec mon frère et intégrer un groupe pour trouver une motivation, un rythme régulier et progresser dans mon footing du dimanche (ce n’est pas gagné, merci mon frère confirme) pour les futures sorties sportives en montagne. Christelle étant une amie,  elle nous a motivés à nous inscrire.

Raconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ? Thomas : j’ai fait pendant plusieurs  années de l’aviron en club, ce qui m’a amené à faire la traversé du lac Léman à la rame. Charline : j’ai fait pendant plus d’une quinzaine d’années de l’équitation en club et très peu en compétition. Depuis que j’ai arrêté, je suis polyvalente cela passe aussi bien par la natation, que le fitness, la course en montagne, le vtt … C’est un équilibre dans lequel, je m’éparpille =) 

Ton meilleur souvenir en compétition ? Thomas : la course des Rives, mon premier podium, alors que je commençais seulement l’athlétisme.

Charline : Je n’ai pas vraiment de meilleur souvenir en compétition, cependant j’aime bien me lancer des « défis », des projets qui me motivent, comme la Bellicime avec 45 km sous une pluie battante, le tour du lac d’Annecy à vélo, mon 1er trail en 2018. Sinon, peut-être, un concours équestre à Equilibre Evian où j’ai fait deux sans faute et pendant lequel mes parents étaient venus me voir avec une de mes meilleure amie, c’était une surprise et donc encore plus apprécié.

Le résultat dont tu es le(a) plus fier(e) ?Thomas : je n’ai fait que trois courses, donc je dirais la course des Rives, sinon mon dernier résultat à l’Anthychoise où j’ai senti que j’avais progressé. Charline : Mon 1er sommet 3000, l’année passée Le Mont Buet, magique.

As-tu un rituel d’avant compétition ? Thomas : Malgré le fait que je me couche tard (télé addict), le matin je suis toujours prêt pour arriver dans les premiers sur les lieux (faut pas être en retard !). Charline : A l’inverse, je suis toujours à la bourre, chercher une place à la der, en train d’agrafer mon dossard sur la ligne de départ avec la hantise de me piquer. Pas de rituel particulier, de toute façon tout ce que je prévois de bien avant, je n’arrive jamais à m’y tenir et de partir plus tôt en fait partie mais … impossible.

Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais diner : (Thomas : n’a pas répondu à la question). Charline : Oula! peut-être Sébastien LOEB, car ça me rappelle les courses de rallye auxquelles mon père m’emmenait voir petite ou sinon Camille LACOURT, car il a la classe. Un troisième, Stéphane BERN? il me fait trop marrer. (Voila qui devrait le surprendre et lui faire plaisir NDLR)

3 événements sportifs qui t’ont marqué : A l’unanimité, la coupe du monde de football de juillet 2018. Coupe du monde de football 2006 : Le coup de tête de ZIDANE et le poteau de TRÉZÉGUET lors du tir au but =(   Pour finir peut-être, les championnats du monde de Handball de 2011

Ton lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club : Thomas : J’aime être dans la forêt pour courir où seulement me promener. Les lasagnes en plat préféré.

Charline : Mon cœur balance entre les montagnes où je m’y sens tellement bien et en paix, mais aussi le bord mer/océan synonyme de vacances, tranquillité et évasion, difficile de choisir. Mon plat préféré encore une fois impossible de choisir, j’aime tellement bien manger et j’adore cuisiner ! Je ne peux même pas dire si je suis plus sucré ou salé, poisson ou viande…

Une anecdote nous sommes nouveaux donc encore difficile à dire.  Mais nous retenons en particulier deux entraînements dans des conditions climatiques extrêmes, c’était un réel bonheur.

B67C1583(NDLR : Pour Thomas un des premiers entraînements partagés avec lui ou il devait rester caler derrière. Alors qu’il restait 2 tours, je l’ai libéré de la consigne et j’ai eu l’impression de lâcher un pur-sang. Parti tellement vite qu’on a pu l’arrêter que 3 tours plus loin). B67C1712

(NDLR. Quant à Charline, après une séance dans les tribunes à grimper et descendre des marches et dans lequel elle avait eu beaucoup de mal, il restait un exercice statique que tout le monde connait : la chaise. Elle n’a pas changé de visage alors que un à un les concurrents grimaçaient puis lâchaient. Seul un trailer morzinois aux cuisses rompues aux pires pentes l’a obligée à céder. Elle a tenu près de 4 minutes dans une finale digne de Koh Lanta. A la sortie de l’exercice elle avait un autre statut…. Et toujours ce sourire).

IMG-20200509-WA0022Ta qualité : Thomas : Gentil et bienveillant Charline Passionnée  ton défaut : Thomas Râleur et têtu. Charline : Indécise

Un adjectif pour te décrire : Thomas : persévérant. Charline : Authentique.

Ta devise : Thomas : en mode machine. Charline N’attends rien, espère tout

Commentaires libres sur le club : Très heureux d’avoir intégré ce groupe formidable, drôle et attachant où nous nous sommes sentis bien accueilli dès le départ.

Un mot sur ton confinement:  Thomas : pas trop de changement pour ma part. Charline : le confinement contrairement à certain je l’ai bien vécu, j’ai pu me reposer, avoir le temps de faire ce que je n’ai pas le temps de faire ou à la va vite habituellement, donc plutôt positif. Maintenant, hâte de retrouver un semblant de vie normale.

Merci à vous deux pour cet échange. Prenez soin de vous.

Confidences de confinement n°12 Alice FERRAND

Si elle a été privée de la finale des championnats de France de cross cette année, ce n’est pas de sa faute mais celle du virus. Elle avait acquis sa place lors d’une course où elle était allée chercher ce qu’il fallait dans ses réserves pour être la seule du club à se présenter à Montauban. C’est son rendez-vous annuel, régulier après ses participations aux finales de Plouay (2017) et de Vittel (2018). Dommage pour cette athlète méritante, joyeuse, parfaitement intégrée dans l’esprit du club. Si l’avenir la mènera certainement vers le demi-fond, voir sur des distances plus longues, comme Bruno son père, Alice a déjà commencé une nouvelle carrière. Malheureusement stoppée elle aussi par l’angoissant coco. Toujours partante, curieuse et entourée d’ami(e)s fidèles, Alice a les capacités pour aller plus haut. Mais ce n’est pas à une actrice qu’il faut rappeler de croire en ses rêves.

Puisque c’est interdit, faisons connaissance.

Alice 4NOM : Ferrand. Prénom Alice . Année de naissance 2002.  Fonction au club : Jeune Athlète Humoriste. Spécialité sportive : Enjambée du steeple en s’asseyant dessus. Autres sports pratiqués : Le théâtre

Alice 5Peux-tu en quelques mots te présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ? J’adore l’athlétisme depuis toute petite, bien que je ne fusse pas très fortiche à mes débuts.  Mais avec la persévérance j’ai pu progresser en m’entourant de merveilleuses personnes, coach et amis… Être athlète au sein de ce club est vraiment génial. Partager les entraînements et les compétitions avec les autres athlètes, l’est tout autant ! Dans la vie civile, j’étais une personne très timide et réservée mais grâce au théâtre j’ai gagné de la confiance en moi et je dois dire que tout se passe mieux depuis avec mes amis de lycée et les cours. 

IMG-20200422-WA0004Comment es-tu arrivée à l’A.C.Evian ? Comme tout le monde sait que j’ai une personnalité très marquée, pas besoin de le montrer. J’ai donc suivi mon frère qui faisait déjà de l’athlétisme.

alice 1Raconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ? Je l’ai dit avant, je n’étais clairement pas forte du tout en athlétisme au début (svp ne ressortez pas les résultats des compètes de Faverges quand j’étais en benjamine ou minime) ! En minime je marquais sur un triathlon 37 points, sachant que le demi-fond me rapportait 30 points, je vous laisse imaginer mon niveau dans les autres disciplines. ( déontologiquement nous ne pouvons confirmer cette information. Nous n’avons pas trouvé de résultat avec ce total. Une info du stagiaire indique une suspicion de 47 points!!!, Ce même stagiaire indique que la performance a été suivi d’un 28. Ce doit être donc une moyenne NDLR) alice 16Ensuite en fin de minime j’ai battu mon record de 40 secondes sur un 2000 m. Donc ensuite, en cadette, je me suis spécialisée en demi-fond et j’ai vécu mon premier championnat de France FFA de cross à Plouay, c’était génial ! Pour la saison estivale j’ai commencé le steeple, je n’ai pas réussi à aller au championnat de France, malgré les minimas planchers réalisés.

B51I4957L’année d’après rebelote, je vais au championnat de France de cross à Vittel. Pour la saison estivale je me suis essayé au 3000 m et j’ai loupé les minimas à 4 secondes. Enfin cette année c’était bien parti pour un troisième championnat de France de cross à Montauban mais un certain coco est passé par là ! Pour le théâtre, j’ai un peu moins d’expérience… En 2017, j’étais figurante sur le spectacle « La Tempête » (je rappelle que figurante ne signifie pas être un arbre sur scène 😉). En 2018, j’étais encore figurante sur « Cyrano de Bergerac ». En 2019, j’ai eu mon premier rôle sur le spectacle « Lorenzaccio ». J’ai ensuite été régisseur son pour la tournée «Cyrano de Bergerac» en Normandie.

Pendant la tournée nous avons visité le mont saint Michel… Et enfin en 2020, j’avais encore un rôle sur « La chevauchée héroïque » mais malheureusement le coco est toujours là donc c’est probablement bye bye le spectacle, mais on croise les doigts pour la tournée de cet été dans le chablais !

B67C2145-2Ton meilleur souvenir en compétition ? En minime j’ai battu mon record de 40″ sur un 2000 m, je n’ai jamais été aussi contente, c’était que du bonheur, alors qu’en soit c’est pas fou 😉.

3000Le résultat dont tu es la plus fière ? 11’09″ sur mon dernier 3000 , un record battu encore une fois de 40 secondes.  A ce moment-là rien n’allait niveau cours, athlétisme, mais cette course ça m’a redonné beaucoup de joie et j’étais fière !

As-tu un rituel d’avant compétition ? Absolument pas ! Je ne fais rien de particulier… Je profite de l’instant, si je me suis bien entraînée pas besoin de stresser.

Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais dîner : Il y en a tellement !!!! Je dirais avec mes deux sportives préférées, Emilie Magin, Margot Guépratte et peut être le stagiaire du club, je ne sais pas qui il est mais je pense qu’il est sympa et qu’il est sportif !

3 évènements sportifs qui t’ont marqué : Athletissima à LAUSANNE, pour tous les athlètes présents. Les J.O de RIO 2016 avec l’injustice dont a été victime Aurélie MULLER sur le 10 KM nage en eau libre et l’exceptionnel exploit de PAB (Pierre Amboise BOSSE) qui devient champion du monde du 800 Mètres à LONDRES . 

Alice 9Ton lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club : J’ai deux lieux préférés, en lien avec mes deux passions, avec le théâtre c’est le forêt de Brocéliande et son lac (miroir aux fées pour les intimes) et avec l’athlétisme je dirais bien évidemment que c’est le stade !

Alice 11Une anecdote qui m’a profondément marquée c’était lors de mon premier championnat de France de cross à Plouay. A la fin de ma course boueuse, très boueuse même, j’étais toute sale. Malheureusement il n’y avait pas de douche sur place et heureusement que mon cher entraîneur Yo a eu l’excellente idée de m’emmener dans un « carwash ». et OUI je me suis fait nettoyer au karcher pour voiture, c’était la première fois et j’espère la dernière !

Alice 12Je n’ai pas vraiment de plat préféré car je préfère largement les desserts, tous les desserts avec du chocolat, je prends !!!!

Ta qualité : Je fais des bons gâteaux je crois. ton défaut : Râleuse

Un adjectif pour te décrire : Exceptionnelle et unique bien sûr ! ta devise :  Avec joie, plaisir, et bonheur
Alice 13Commentaires libres sur le club : Ce club renvoie une magnifique image de partage, de solidarité, de bienveillance, de joie… tout ce qu’il y a de positif en fait !

img-20190915-wa0001

Merci Alice d’avoir répondu à notre attente. Prends soin de toi et de ta famille

confidences de confinement n°11 Serge PEYRELONG

Ce qui sera écrit par la suite n’est absolument pas vérifié car cet athlète du groupe hors stade est d’une discrétion absolue. Savez-vous seulement qu’il est certainement le plus ancien du groupe ? Qu’il est motivé par une passion modérée, issue de la raison, de l’humour et de la satisfaction d’accomplir quelques compétitions de plus ?  Impossible de déterminer sa spécialité lorsqu’on le croise sur les quais d’Evian ou sur la piste qu’il n’affectionne pas vraiment. Mais ne le prenez pas à la légère car c’est un tenace. Il a décidé de devenir triathlète, même s’il pense ne pas faire tout à fait le même sport que nos autres triathlètes. Ses mauvaises photos sont légendaires, c’est Serge qui a remis au gout du jour le NOKIA N93. Ses comptes rendus sont mémorables, bourré d’humour et toujours incomplets mais nous sommes contents de les recevoir. Il aurait été injuste de ne pas vous faire connaitre ce personnage attachant comme il aurait été inconvenant que notre meilleur triathlète ne lui adresse pas un message d’encouragement : « l’intelligence est la qualité permettant à ceux qui la possèdent de trouver d’excellentes raisons aux bêtises qu’ils font ». Alors triathlon, 100 bornes, IRON MAN, half iron man, ascensions cycliste, marathons, trails dans le beaujolais ou au beaujolais, on ne peut qu’encourager Serge à faire encore un truc de dingue pour ses …. 60ans.

serge 1Nom : PEYRELONG. Prénom : Serge. Année de naissance :1960. Spécialité sportive : Tourisme. Autres sports pratiqués : Trail, route, vélo, natation.

Peux-tu en quelques mots te présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ?Informaticien dans la vie civile et adhérent à l’A.C.EVIAN.

Comment es-tu arrivé à l’A.C.Evian ? J’ai vu de la lumière et je suis rentré, c’était en hiver 2005-2006. Je plaisante à peine. Je faisais le tour d’Evian seul depuis un bon moment et je commençais à m’ennuyer. Un jour il y a eu un article sur Pascal CROUVISIER et sur Off Course dans le Messager je crois. Du coup la fois suivante en passant par la nouvelle route du stade, j’ai poussé la porte et suis tombé …  sur Jean Baptiste et Gilles BOUCANSAUD. Et c’est parti, mais il m’a fallu un certain temps pour comprendre que je n’étais pas à Off Course mais à l’AC Evian.

SERGE 2Raconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ? J’ai fait 3 ans de foot de 10 ans à 12 ans (1970 à 72). La seule chose remarquable c’est que j’ai joué un an dans la même Équipe que Patrice Garande dans un petit club de la banlieue lyonnaise avant qu’il ne soit repéré par l’ASSE – les moins jeunes doivent savoir de qui je parle. Pour moi le foot s’est arrêté là. En 2 ans j’avais atteint mon seuil d’incompétence. Après il faut attendre 1994 où j’ai fait le Marvejols-Mende pour me retrouver sur une épreuve sportive.

Ton meilleur souvenir en compétition ? Le mot n’est peut-être pas le plus adapté à ma pratique. Mon 1 er marathon à Lausanne à 45 ans. A 20 ans je fumais 2 paquets par jour. A 23 je me suis arrêté et me suis mis à courir … et à manger. A l’époque il n’y avait pas de patch pour aider à arrêter. Résultat j’ai pris 10 kilos en moins d’un an en compensant la privation de nicotine par la nourriture. Dans les années 80, le marathon était la distance mythique et les méthodes actuelles d’entraînement n’étaient pas connues du grand public. Donc on faisait tout ce qu’il ne fallait pas et le 42eme kilomètre restait souvent très lointain sauf pour ceux qui supportaient un mode d’entraînement à la Zatopeck (du style 100 x 400 m).

SERGE 3Le résultat dont tu es le plus fier ? Pour fêter mes 50 ans, je me suis offert un Trail de 100 km avec l’aide précieuse de notre grande entraineure Brigitte. J’étais arrivé aux portes de l’ultra. Le problème que je voyais venir si je m’y engageais vraiment, était que mes genoux n’allaient pas supporter bien longtemps. Je me suis mis au triathlon (je salue les brillants triathlètes du club) : objectif un ironman pour mes 55 ans. J’ai vite compris qu’un ironman avec seulement 1500 km de vélo par an – ce qui est la moyenne haute de ce que je fais – n’était pas jouable (surtout après une interruption du vélo entre 15 et 50 ans). Pour faire un marathon en descendant du vélo, il faut vraiment s’entraîner … sur son vélo. SERGE 4Mais j’ai épargné mes genoux, j’ai appris à aimer le vélo. Et je nage 1 à 2 fois par semaine. J’ai quand même fait entre autres, 5 half ironman, un longue distance (3km/100km/20km) et 5 fois l’Alpe d’Huez (le court je précise). Je ne donne pas mes temps sinon les vrais triathlètes du club vont rire. (Certainement pas car si ils sont chambreurs ils n’en sont pas moins respectueux.  mais tu sais ce qui se dit dans le triathlon quand tu foires une compétition ? : «  pourquoi être mauvais dans un sport quand on peut être mauvais dans trois? » NDLR)

As-tu un rituel d’avant compétition ? C’est une tendance inquiétante depuis quelque temps : la dernière semaine je ne me projette absolument pas dans cette course. Le jour J, le matin, je m’arrache du lit en me disant que si je n’y vais pas je vais le regretter et en être malade toute la semaine qui suit, sinon je n’arrive pas à me lever. Pendant la 1ère heure de course, je me demande vraiment ce que je suis venu faire là, mais ensuite une fois échauffé ça va mieux et je me dis que j’ai bien fait de venir et qu’à l’avenir je devrais mieux me préparer.  Maintenant tu comprends mieux Bernard pourquoi je fais de si bons classements !

Je vais essayer de faire des courses avec le club, ça va sans doute résoudre ce problème de motivation.

Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais diner : 3 retraité(e)s du sport : Jean Pierre RIVES, Marie José PEREC et Christophe BASSONS ex coureur cycliste engagé dans la lutte contre le dopage et traileur amateur ( si tu ajoutes Erwann MANTHEOUR, tu aurais une belle brochette de vrais sportifs sains NDLR)

3 événements sportifs qui t’ont marqué : Michael Phelps à Rio en 2016. La Coupe du monde 1986 et la victoire à l’Ironman d’Hawaï 2011 de Craig Alexander à 39 ans et qui gagne encore maintenant des half de niveau mondial.

Ton lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club :

  • Le Massif des Cerces (ce n’est pas en Haute Savoie mais dans les hautes Alpes)
  • Le risotto aux fruits de mer
  • La sortie du Hors stade au Trail l’Ardéchois dans la haute Ardèche. Un hôtel dans son jus qui était un véritable écomusée. La patronne déjà très âgée nous avait fait spécialement un petit déjeuner très tôt le matin

Le samedi certains ont couru sous une canicule surprise et ceux qui ont couru le dimanche, sous un déluge de pluie avec un ruisseau en crue à traverser qui a provoqué un vrai embouteillage.

Ta qualité : la sérendipité (c’est nouveau) : l’art de chercher sans savoir vraiment ce qu’on cherche et de finir par trouver quelque chose qu’on avait pas cherché.

ton défaut : je n’ai malgré tout pas fait de grande découverte.

Un adjectif pour te décrire : endurant. Ta devise : le diable se cache dans les détails.
Commentaires libres sur le club : Je suis au club depuis 2005 et au cours de ces 15 années, mon espérance de vie en bonne santé s’est très certainement accrue de quelques années. Un grand merci aux cadres du club – en particulier à Jean Baptiste et à Catherine – et à tou(te)s les entraineur(e)s d’aujourd’hui  et des années précédentes et à tous les participant(e)s pour toutes ces heures passées dans la bonne humeur.

BEST OFF photos des trails et courses natures

Confinement ; Je préfère ne pas en parler.

Merci Serge d’avoir répondu à notre attente. Prends soin de toi

Merci à Théo pour son immédiate aide.

 

confidences de confinement n°10 Fanny FRANCHEQUIN

C’est certainement celle qui est la plus apparue dans les comptes rendus des compétitions ces 3 dernières années. Ne pensez pas pour autant que vous ne découvrirez rien sur cette athlète. Elle est vraiment exceptionnelle. Licenciée au club depuis plusieurs années alors qu’elle habite Fillinges, cette discrète espoir collectionne les podiums sur 10 km ou lors des courses de village qu’elle affectionne. (19 sur 30 mois quand même). Peu de week end off pour Fanny. Elle démarre par les courses de début de saison avant d’aller au maximum de ses qualifications lors de la période des cross (jusqu’aux France en 2019) et de reprendre au printemps la tournée des compétitions. Elle conclue ses années sportives par un tour sur les pistes, à la chasse de ses propres records. b67c0117Juste une passionnée? Bien plus que cela pour cette femme qui combat un mal qui la ronge (spondylarthrite ankylosante). Ne croyez pas le combat inégal car si la maladie peut la clouer au lit pendant quelques jours, quelques semaines ou plus,  Fanny lui impose sa revanche lors de toutes ces courses. C’est une démonstration de volonté et de positivité qu’elle offre dans ces moments. Elle peut finir un cross au bout de sa vie, jurant qu’elle ne recommencera plus, avant de renier ses paroles après quelques minutes de récupération. Elle y retournera dès la semaine suivante. On a tous nos champions et Fanny fait partie des miens….

94023942_890010498181796_705258356129923072_nNOM : FRANCHEQUIN.  Prénom Fanny. Année de naissance : 1998. Fonction au club :     Athlète du groupe cadets/juniors, espoirs. Spécialité sportive : demi fond (1500/3000 mètres) et fond (10km et cross).

Autres sports pratiqués : randonnée, raquettes, et pleins d’autres durant ma jeunesse et oui 22 ans aujourd’hui je me fais vieille 🤣 (questionnaire envoyé le jour son anniversaire NDLR)

B67C0170B67C9750Peux-tu en quelques mots te présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ?Athlète de l’AC Evian depuis 3 ans, je m’entraîne souvent à distance avec les séances que Stéphane ou Lionel m’envoient. Je participe à beaucoup de compétitions et de courses hors stade. Dans ma vie civile, je suis actuellement vendeuse en rayon running/ chaussures et sport co pour l’enseigne Intersport. Mais souhaite peut-être reprendre des études en secrétariat médical.

Comment es-tu arrivée à l’A.C.Evian ? Je cherchais un nouveau club d’athlétisme, mon cousin étant à l’AC Evian je suis tout simplement venue dans ce club et m’y suis tout de suite sentie comme à la maison.

93998395_554799998754930_2665604953283756032_n93972387_2645266922422843_7141568686602584064_nRaconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ? J’ai commencé le sport très jeune. Dès l’âge de 4 ans j’ai commencé le karaté puis le viet vo doa durant 6 ans. J’ai ensuite pratiqué l’athlétisme de 2008 à 2010, pour après m’essayer au foot et la danse. Mais je n’ai jamais arrêté de courir, c’était plus qu’une passion, une addiction. Je pouvais courir jusqu’à 5 fois par jour, toujours plus, toujours plus vite… peut-être une grande carrière qui se dessinait ? On ne le saura jamais  🤔🤣

93853503_675894529640312_4555048336234643456_nMais en avril 2014 la vie en a décidé autrement et m’a clouée au lit durant de longs mois. Après beaucoup de rééducation, j’ai finalement rechausser mes baskets pour mon bac de sport en 2016, ce qui a été une grande réussite avec un beau 20/ 20 au 3 x 500 mètres 😁🏃🏼‍♀️

runmate-2019-31-e1570021538115Ton meilleur souvenir en compétition ? Ma participation aux championnats de France de cross l’année dernière.
Le résultat dont tu es la plus fière ? Je dirais mon record sur 10 km (45’36) j’y travaillais depuis tellement longtemps j’étais là plus heureuse ce jour-là.
As-tu un rituel d’avant compétition ? Écouter de la musique même si ce n’est pas systématique.

93983236_648464592661841_4696462148795105280_nDonne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais diner : Kevin Mayer, PAB (Pierre-Ambroise BOSSE NDLR), et Renaud Lavillenie 😍🤣. 

3 événements sportifs qui t’ont marqué : Le 4 x 400 féminin au Europe de Berlin. Le titre de champion du monde de Kevin MAYER et bien sûr la victoire de la France en coupe du monde de football en 2018. 

Ton lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club : La montagne, et la tartiflette ! Une vraie haut-savoyarde 😍. Pour l’anecdote nous étions 3 du club sur 9 équipiers lors de la première RUNMATE en 2019. Faire en moins de 18 heures le tour du lac Léman ( Vevey/Vevey 215 km) en relais, de nuit et en courant reste un souvenir inoubliable. J’ai traversé Genève et le pont du mont blanc à minuit lors d’un de mes relais. Magnifique comme sensation.

20190928_174214Ta qualité : mon grand sens de l’humour. Ton défaut : râleuse

Un adjectif pour te décrire : vraie. Ta devise : Live and be happy

 Un mot sur ton confinement : Tout se passe à merveille pour moi ici, je continue à faire du sport comme je peux ! Mais surtout restez chez vous !

Merci FANNY d’avoir répondu à notre demande. Prends soin de toi et de tes proches.

 

Confidences de confinement n°9 Anne claire et Antoine PIZZETTA

C’est tellement agréable de voir un ados venir prendre des nouvelles de sa mère en fin d’entraînement. Ce qui devait être un défouloir pour le fils, un moment de calme pour la mère se sont transformés en instants de partage et parfois en challenge le week end. Anne claire a imposé l’athlé à Antoine et s’est vu infliger la même « punition » la saison suivante. C’est du « Win Win ». Les qualités du cadet sont évidentes et l’énergie, comme la bonne humeur ne manquent pas. Pour Anne claire, élément assidu du groupe hors stade, le travail réalisé et le plaisir pris dans les séances bi-hebdomadaires devraient lui permettre d’établir un nouveau record sur 3000 mètres… Et quand Gilles le père s’en mêle en candidat libre sur une épreuve c’est une réplique de la famille INGALLS.

IMG_20151219_144757NOM : PIZZETTA. Prénoms : Antoine et Anne-Claire. Année de naissance 2004 et 1977. Fonction au club : Athlètes. Spécialité sportive : Antoine 1/2 fond, hauteur, haies. Anne-Claire : semi et 10km. Autres sports pratiqués : Antoine : Tennis – Snow – Skate – Vélo – plongeon.  Pour Anne-Claire : Randonnée – Natation – Tennis et il y a très longtemps volley

Pouvez vous en quelques mots vous présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ? Antoine : Cadet groupe de Yo – Entraînement – compétition (cross- stade – salle – hors-stade). Lycéen en seconde au lycée à Anna de Noailles.

Anne-Claire : Athlète du groupe hors stade de David Héraclide. Professeur de maths aux collèges de Bons et Douvaine depuis 2016. Avant ingénieur procédés et optimisation économique dans une raffinerie.

 

Comment êtes vous arrivés à l’A.C.Evian ? Antoine : Forcé par ma mère pour que je me défoule (elle a bien fait NDLR). Anne-Claire : Après avoir inscrit Antoine, j’ai eu envie, poussé par Antoine, de rejoindre le club (Il a eu raison NDLR).

Raconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ? Antoine : Ski Club d’Evian (ski + snow) + Tennis puis arrivée au club d’Evian en benjamin en 2016

Anne-Claire : Tennis pendant mes années lycée puis volley pendant mes années étudiantes puis rien jusqu’à la reprise de la course à pied en 2014 et mon entrée au club en 2017.

img-20190324-wa00141Ton meilleur souvenir en compétition ? Antoine : il y en plein. Que des bons souvenirs. Anne-Claire : Beaucoup de bons souvenirs mais le run in Marseille c’était le top !
Le résultat dont tu es le plus fierAntoine : 2’53’’ au 1000m à Pontcharra en 2019. Anne-Claire : 1 h 53 au semi de Marseille en 2019.
As-tu un rituel d’avant compétition ? Antoine : Nougat. Anne-Claire : rien de spécial à part des pâtes la veille

athletissima-4Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais diner : Antoine : Eliud Kipchoge – Javier Sotomayor – Usain Bolt. Anne-Claire : Jean Galfione – Olivier de Kersauson – Marie-José Perec

3 évènements sportifs qui t’ont marqué : Antoine : Athlétissima à Lausanne (2019) – JO de Rio en 2016 – Coupe du monde foot en 2018. Anne-Claire : Coupe du monde de foot en 1998 à Paris– Coupe du monde rugby 1999 – JO Albertville en 1992

Ton lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club : Antoine : Sur la plage – Tiramisu – Il y en a des tonnes : je suis tombé dans un fossé au bois de ville, je me suis perdu, j’ai fini mon hot dog sur la ligne de départ du cross de Pontcharra en benjamin 2…  Anne-Claire : Au bord de l’eau – Chocolat – Le 3000m d’Ambilly : Bernard tu sauras quoi raconter !

IMG-20191111-WA0001Ta qualité :   Antoine : Bonne humeur.  Anne-Claire : persévérante.  ton défaut :  Antoine : agité (surtout à l’approche d’un buffet NDLR). Anne-Claire : têtue. Un adjectif pour te décrire : Antoine : Sautillant. Anne claire : Exigeante  

Ta devise : Antoine : Moins j’en fait mieux je me porte. Anne-Claire : On ne lâche rien

Commentaires libres sur le club : Antoine : Une très bonne ambiance, des coachs qui nous motivent et beaucoup de rigolades. Anne-Claire : Bonne ambiance, des coéquipiers et un entraîneur qui nous poussent à nous surpasser, des rencontres enrichissantes : que du bonheur !

Un mot sur ton confinement : Antoine : les copains me manquent, les tacos du Kebab me manquent, ainsi que les sorties au casino (!) et au carrefour mais autrement ça va ! (Évidemment Antoine n’est pas un gilet jaune qui joue au poker NDLR).

img-20191027-wa0001IMG_20191101_151751Anne-Claire : Dur dur de tout gérer : les ados à la maison (les devoirs, les repas, les entraînements…) les cours à distance, heureusement le footing est autorisé pour lâcher la soupape.

Merci Anne claire et Antoine d’avoir répondu à notre attente.

Prenez soin de vous et de votre famille

confidences de confinement n°8 Christèle HARDUIN

C’est certainement la première victime du coronachose. Ne vous alarmez pas, elle va très bien et n’a pas contracté ce virus. Elle a juste retrouvé une allure de croisière qu’elle avait abandonnée ces derniers mois. Arrivée au club par la volonté paternel, Christel a mis du temps pour trouver le vrai plaisir qui a fait d’elle l’athlète qui relève des défis, qui fait des paris sur ses performances. Il a fallu le temps du rééquilibrage chimique pour devenir l’unes des plus régulières aux entraînements.  Elle n’hésite plus à s’engager en compétition et dans la vie du club ou les comptes lui ont été confiés récemment. En pleine progression, elle a été priée de retourner sur son transat le temps du confinement. Dommage. Merci donc à Fred, le papa, juge officiel du club en attendant plus, d’avoir inoculé à Christel le virus de la compétition/loisir.

DSC_0937NOM : HARDUIN. Prénom Christel. Année de naissance:1992. Fonction au club : trésorière et athlète. Spécialité sportive : 10 km. Autres sports pratiqués : équitation

Peux-tu en quelques mots te présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ? J’exerce le métier de comptable et trésorière au club (allez chercher l’erreur). Je suis célibataire et sans enfant (on ne sait jamais…)

DSC_4271Comment es-tu arrivé à l’A.C.Evian ? Au printemps 2018 mes loulous (chevaux) sont partis en retraite, j’ai donc fait une pause de quelques mois au niveau sportif…J’ai repris l’équitation aux écuries de Gavot à la rentrée de septembre et en même temps mon père (qui est au club depuis longtemps) m’a proposé de venir à un entrainement. Je suis donc venue sans trop de motivation au début, puis j’ai revue Virginie et Sophie que je connaissais du Gavot (elles aussi cavalières). Petit à petit je me suis accrochée et j’ai fini par prendre plaisir à venir aux entraînements : ça m’a permis de rencontrer des personnes formidables.

DSCN0333Raconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ? J’ai commencé l’athlé en septembre 2018 : j’ai participé à quatre 10 km, une petite capeçone, une petite allingeoise, une participation aux inter-clubs (800m), une petite chens’tastic avant l’arrêt total dû au covid19 (trail blanc des brasses et 10 km de bourg en bresse en 2020 certainement oubliés volontairement pour ne pas gêner celle qui lui avait promis misère et qui au final a reconnu sa supériorité… momentanée NDLR). J’ai commencé l’équitation adolescente, j’avais mon super poney qu’on se partageait avec ma sœur. J’ai réussi à aller jusqu’au championnat de France en catégorie « club » avec une 17ème place en CSO (en 2008) et une 15ème place en Hunter (en 2010).

IMG-20200308-WA0009Ton meilleur souvenir en compétition ? Le 10km de Lausanne en octobre dernier. La veille j’ai dormi chez ma sœur qui habite de l’autre coté du Léman. Catherine devait prendre le bateau le dimanche matin et on se rejoindrait aux dossards…sauf qu’il n’y avait pas de bateau et moi qui ratais mon train…Début du stress. Catherine vient en voiture à Lausanne, part directement récupérer son dossard à Ouchy pendant que j’attendais impatiemment le train. Finalement Catherine récupère aussi mon dossard car je n’ai pas le temps d’aller le chercher avant le départ. On se retrouve devant la sortie du métro 5 mn avant le départ…pas le temps pour l’échauffement, juste le temps d’accrocher le dossard et de foncer vers la ligne de départ. Au final : la course s’est très bien passée et nous avions atteint notre objectif chrono. On pense souvent que la course à pied est un sport individuel mais sans Catherine ce jour-là je n’aurais jamais pu prendre le départ de la course.
Le résultat dont tu es la plus fière ? Mon dernier 10km à Bourg-en-bresse : 49 minutes et 18 secondes !! (la mémoire est revenue NDLR)
As-tu un rituel d’avant compétition ? Aucun, je suis capable de faire une crêpe-party la veille (avec Nutella et cidre à volonté). Par contre j’ai besoin de ma musique pour me motiver lors d’une course.

Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais dîner : Enrique Iglesias (si si il fait de la muscu donc c’est un sportif), Cristiano Ronaldo, Meredith Michaels-Beerbaum et Pénélope Leprévost (Parité oblige).

101104933 événements sportifs qui t’ont marqué : La coupe du monde de foot remportée par la France en 2018, la médaille d’or de l’équipe de France de saut d’obstacles par équipe au JO de Rio en 2016 et la finale de coupe de France ETG – Bordeaux en 2013 (j’étais dans les tribunes du stade de France).

sans-titreTon lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club : mon lieu préféré c’est le pré avec mes loulous, je n’ai pas de plat préféré mais j’aime bien les aubergines à la provençale. Pour l’anecdote il y en a plusieurs. Une des dernières c’était avec Kaoutar à Bourg-en-Bresse : elle s’inscrit au 10 km sans avoir eu le temps de s’entraîner les semaines avant la course. Le jour J elle perd sa carte d’identité avant le retrait des dossards, puis elle m’annonce qu’elle n’a pas non plus de chrono car sa montre est morte…mais pas de stress avec Kaoutar ! Au final : elle finie sa course avec un bon temps et récupère sa carte d’identité auprès des organisateurs…A quoi ça sert de se stresser ?!

Ta qualité : honnête (c’est mieux pour une comptable NDLR) . Ton défaut : têtue   

Un adjectif pour te décrire : sportive. Ta devise : je n’en ai pas.
Commentaires libres sur le club : C’est la bonne ambiance du club et le coach qui m’ont donné envie de venir aux entraînements. David est un super coach qui sait gérer un groupe avec des niveaux très différents : au début j’étais vraiment nulle, j’étais incapable de finir la séance. Les encouragements de David m’ont permis de m’accrocher d’arriver au niveau ou je suis aujourd’hui (enfin plutôt le niveau avant le confinement). Et puis il y a tous les athlètes du club avec qui tu rigoles même pendant les entraînements difficiles, pas de prise de tête, toujours de l’entraide. Bref j’adore ce club !

 Un mot sur ton confinement: mon appartement et mon jardin n’ont jamais été aussi propres. Le confinement te montre à quel point c’est chiant d’être célibataire … Heureusement j’ai mon (télé)travail qui m’occupe une bonne partie de la journée. 

Merci Christel d’avoir répondu à notre demande. Le message est clair.

Prends soin de toi et de ta famille

 

confidences de confinement n°7 Daouda N’DIAYE

C’est lorsqu’il n’est pas présent que l’on se rend compte que l’ambiance n’est pas la même, qu’il manque quelque chose. Il est incontestable dans toutes ses fonctions. Car Daouda n’est pas seulement le seul sénior homme qui s’entraîne avec le groupe cadet/junior, c’est aussi celui qui d’un silence va provoquer la discussion, une sorte de confident pour les jeunes. On en sait peu sur lui, seulement qu’il est discret, gentil, agréable et pourvu d’un certain charisme. C’est sans fausse modestie qu’il se décrit et il est juste dans ses propos. L’A.C EVIAN a fait une belle recrue en l’incorporant au comité et pourrait miser gros à l’avenir sur cette athlète trentenaire.

DSC_1183NOM : N’DIAYE. Prénom : Daouda. Année de naissance : 1989. Fonction au club :   Athlète et accessoirement le « Daouda le grand frère ». Spécialité sportive : 400m Autres sports pratiqués : football

Peux-tu en quelques mots te présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ? Alors dans le vie je bosse actuellement dans le terrassement. Et dans le club je suis un peu en pré-retraite, et je fais des 400m parfois. (SCOOP !!! Il détient le record du club (51’35) depuis le 1er juillet 2018 NDLR)

Comment es-tu arrivé à l’A.C.Evian ? Par hasard, je cherchais un club et j’habitais à Publier, le bon deal.

DSC_0892Raconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ? Tout fraîchement débarqué du Sénégal en 2001 où le football est roi, je me dirige évidement vers le foot que j’ai pratiqué pendant une dizaine d’années en club dans le bassin clusien, jusqu’à une blessure aux ligaments qui à nécessité une opération. Par la suite, presque 2 ans sans sport, je me retrouve à Aix les Bains pour le travail et c’est là que je découvre l’athlétisme avec un certain Christophe Lemaître…même club mais pas le même talent.

Ton meilleur souvenir en compétition ? Les premiers interclubs avec L’AC EVIAN, un moment formidable.

B67C2245Le résultat dont tu es le plus fier ? Mon record sur 400 m, que je vais essayer de battre avant ma retraite. (Pourquoi pas le record du club du 400 haies, histoire de partir à la retraite sans regret. Il est à 76/100ème. NDLR).

As-tu un rituel d’avant compétition ? Non du tout

saison 2018 2019 (37)Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais dîner : Habib Beye (ancien footballeur sénégalais et consultant sur canal+) , Usain Bolt et Thierry Henry.

3 événements sportifs qui t’ont marqué : Record du monde du 200 m par U. Bolt, coupe du monde 2002 où le Sénégal bat la France (le lion a mangé le coq), et le 7-1 (Allemagne-Bresil) en 2014.

Ton lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club : Lieu préféré : chez moi, car on est bien chez soi. Plat préféré : Le yassa (plat sénégalais)

IMG-20190407-WA0002 IMG-20190504-WA0035

Anecdote vécu au sein du club : Le 800m de Benjamin Ferrand aux interclubs. 1er tour, Ben part très bien et assez vite. On se dit mais qu’il est pas mal. il finit en tête de peloton le 1er tour, Ben le Warrior, et là aux 500 m, Ben cale. Plus de jus mais il finit tant bien que mal. Le plus grand fou rire avec Nina (bouleau) de la journée mais c’était sympa.

20180821_152148Ta qualité : Gentil. Ton défaut : ma nonchalance peut-être. Un adjectif pour te décrire : souriant. Ta devise : ne te plains pas, il y a pire ailleurs.

Commentaires libres sur le club : Club avec une joie de vivre exceptionnelle.

Un mot sur ton confinement:  Pas trop confiné, je bosse.

Merci Daouda pour tes réponses et tes photos qui t’amèneront quelques questions.

prends soin de toi et de ta famille.

confidences de confinement n°6 Manu WALGENWITZ

C’est incontestablement le surdiplômé de l’A.C.EVIAN ; C’est un touche à tout du sport qui n’hésite pas à mettre ses compétences au service d’une structure, d’un club ou d’un individuel en quête de performance ou d’un mieux-être. Il peut intervenir aussi bien sur le physique que sur le mental. Manu aime le contact et son parcours révèle un passionné, un curieux, un vrai compétiteur. Aussi à l’aise avec les jeunes que les adultes il s’adapte aux capacités et aux objectifs de tous.

NOM : WALGENWITZ   prénom: Emmanuel. Année de naissance: 20/02/1967

Fonction au club : éducateur benjamin depuis : septembre 2019. Spécialités sportives : football – ski et préparateur physique et mental. Autres sports pratiqués : tennis – badminton – randos montagne – sport automobile.

Peux-tu en quelques mots te présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ?Disponible pour encadrer une catégorie d’athlétisme, Jean-Ba m’a demandé, avec Corinne et Stéphane de prendre en charge le groupe benjamin. Catégorie plaisante à encadrer, ce sont des enfants qui sortent de l’animation pour rentrer dans l’initiation : faire comprendre la discipline dans tout ce qu’elle propose de vertueux sur les plans physiologiques, techniques et psychologie individuelle et collective.

MANU 6

Aujourd’hui, auto-entrepreneur d’une entreprise sport et santé VITALEVO2 : c’est une structure qui désigne en une seule et même organisation le rassemblement de compétences des professionnels du sport et de la santé pour une seule et même cause : la pratique sportive pour une meilleure santé en toute sécurité. Promouvoir et encadrer les bienfaits de l’activité physique sur votre santé.

C’est un coach personnel dont la vocation est d’associer sport et santé. Il prend soin de réunir des professionnels du sport et de la santé qualifiés, compétents et expérimentés : Préparateur physique de haut niveau, médecins généralistes et médecins du sport, kiné, ostéopathe, endocrinologue, docteur en nutrition… Cette chaîne pluridisciplinaire permet d’établir d’abord un bilan sport santé, ensuite des programmes d’entraînement pointus et périodisés, adaptés aux besoins et objectifs déterminés ensemble.

MANU 5

Comment es-tu arrivé à prendre des fonctions à l’A.C.Évian ?

manuEn inscrivant mes enfants à l’ACE, j’ai rencontré Jean Ba (président du club NDLR) pour lui demander s’il avait des besoins éducatifs pour le club… Devine sa réponse ! Et c’est comme ça que j’ai intégré le staff technique de l’ACE. J’ai en même temps découvert le monde de l’athlétisme. Sans que ce soit une spécialité, c’est véritablement une découverte coup de cœur. L’athlétisme est, pour moi, une discipline référence dans la pratique sportive. Tous les entraîneurs, toutes disciplines confondues, devraient intégrer des cycles d’athlétisme dans leur programme d’apprentissage. Il aurait, également sa place sur un programme plus ambitieux dans le milieu scolaire primaire et secondaire.

Raconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ? Joueur de haut niveau football au FC Metz années 80-90 ; Pratiquant tennis, ski et badminton en compétition ; Éducateur et entraîneur football ; Moniteur de ski et responsable pédagogique Académie des Neiges –Marielle Goitschel – à Val Thorens ; Directeur centre sportif au Canada ; Organisateur d’événements sportifs ; Professeur d’éducation physique en Suisse ; Préparateur physique, entraîneur sport et santé, fondateur « Sport Vitalité ».

Ton meilleur souvenir en compétition ?16ème de finale en coupe de France de Football avec le SC Solgne. Village lorrain de 750 âmes dont le club de foot, en Division d’Honneur, était reconnu par le mag France Football comme le plus petit club de foot/habitant à évoluer à ce niveau. Nous étions le petit poucet à beaucoup de niveau Nous avons rencontré le Stade de Reims et perdu. Une « merveilleuse défaite ». Au-delà du résultat, l’effervescence sportive et sociale avant pendant et après cet événement, m’a entraîné dans mes plus beaux moments de compétiteurs, une véritable émulation, cohésion technique, tactique s’opérées entre les joueurs ; avec le coach et les supporters. J’ai vécu, en tant qu’humain et sportif une saison exceptionnelle.

Le résultat dont tu es le plus fier ? D’avoir accompagné, avec un collègue moniteur de ski, des élèves en difficulté venant des cités populaires de Nanterre et Bobigny à découvrir et aimé la montagne (Val Thorens) et le ski. Ils étaient en classe de neige, la plupart déstructuré, et en 3 semaines de 3 heures quotidiennes de ski, ils ont atteint un niveau compétition, dépassant, pour certains, le niveau de jeunes en ski club à Val Tho. Nous étions sur le cul et très fier.

As-tu un rituel d’avant compétition ? Après ma première victoire significative au football, j’ai conservé tout le cérémonial de cette journée, pour les modifier quelque peu après les premières défaites. Mais il y avait tout de même une constance la veille et le jour d’une compétition : horaires de repas, de couché même de fêtes étaient réglés comme une pendule. Nous avions aussi des obligations alimentaires, peu respectées. Les gri-gris, figurine de Yohan Cruyff dans ma main gauche jusqu’à la fin de l’échauffement. Tu le gardes pour toi. Même calbute, même numéro, les pompes dans le même sac rangées au même endroit … des grands malades mais nécessaire pour le mental.
Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais dîner : Arthur Anthunes Coimbra dit Zico, footballeur international brésilien des années 80. Martin Fourcade : biathlète. Edgar Grospiron : ski de bosse année 80. Roger Fédérer : tennis. Usain Bolt : l’extra-terrestre.  (le stagiaire car il est dispo ce soir là). 5 convives, j’aime les grosses tablées. T’imagine les sujets de conversation…

3 événements sportifs qui t’ont marqué : 1982 : France Allemagne mondial en Espagne : arbitrage d’un autre temps pour un scénario Shakespearien, à pleurer…

1992 : JO d’Albertville – participation à l’organisation des compétitions de ski aux Ménuires avec l’avènement de Tomba la Bomba.

1998 : Coupe du Monde : grâce à cette magnifique victoire, nous avons presque rêvé à l’unité socioculturelle française. « Black, Blanc, Beurre ». C’est resté un rêve

manu 2Ton lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club : Le Québec avec une bonne omelette aux cèpes.  Anecdote : lorsque j’ai vécu, avec stupeur, mon premier cross régional, à Aix les Bains (hippodrome), en tant qu’entraîneur d‘athlétisme, j’ai vu à l’arrivée du top 20 benjamines des jeunes filles pleurer, crier, convulser, vomir ou perdre connaissance. J’aime la compétition, je suis un compétiteur et parfois pour un objectif plus grand que toi, tu vas amener un effort extrême à t’en faire vomir, ça fait partie du jeu et du sport du haut niveau. Mais dans ce cas, elles semblaient vouloir décrocher un grâle… lequel ? Je n’en sais trop rien !   C’est à ce moment-là que j’ai vu et entendu un entraîneur ou un parent donner des claques sur les joues de cette petite benjamine inanimée dans les bras d’un médecin officiel (visiblement programmé à l’exercice, sur le point de l’expédier aux urgences).  Ce pseudo éducateur lui assenait d’arrêter son cinéma, de se relever en l’extirpant des bras du médecin, qu’elle en verrait d’autres…

Même dans le football ou j’ai vu et entendu des choses peu recommandables, je n’avais jamais vécu une scène aussi violente de la part d’un pseudo pédagogue sur une compétition régionale sportive. Sidéré et surpris de voir cette scène dans le milieu de l’athlétisme. Les cons s’infiltrent, décidément, partout. Heureusement tout s’est bien terminé pour cette jeune athlète. MANU 3Nos benjamines ACE sont arrivées fatiguées, en ayant tout donné au bout d’un gros effort, elles étaient préparées à la discipline et se sont classées honorablement. Il me semble que Margot Guépratte se situait dans le top 10. Les filles étaient fières d’avoir fourni cet effort dans des conditions de courses dantesques et d’avoir surtout vécu une expérience particulière, sans atteindre leur intégrité physique et mentale.

Je sais, en termes d’anecdote cocasse, on a fait mieux. Je ferai mieux… Promis

Ta qualité :perfectionniste. Ton défaut : trop perfectionniste
Un adjectif pour te décrire : obstination. Ta devise : Allonger ton espérance de vie, c’est possible ! Tout en restant au top de ta forme, c’est enviable !

Commentaires libres sur le club : Je reprendrai une formule magique de l’entraîneur, Aimé Jacquet, qui reprochait à un de ses joueurs, Robert Pires, d’être trop tendre, trop effacer, de ne pas oser, sur le terrain : « Robert, si tu veux gagner les sphères du très haut niveau, tu dois durcir ton jeu ». La formule a été suivie des faits. RP est devenu l’un des meilleurs joueurs internationaux. Cette formule, par voie métaphorique, donne un peu l’esprit du club : un bon petit club où on se sent bien en tant qu’athlète et entraîneur, un club familial avec des valeurs humaines, sportives et pédagogiques saines et appréciées de tout le monde.  Et lorsqu’on en a l’occasion, on ne se donne pas, forcément tous les moyens d’accompagner plus haut, plus fort. Je m’y sens très bien.manu 7

Un mot sur le confinement ? Peut-être un mal pour un bien ? A voir… Quelle est notre rapport à la société ? qu’est-ce que ce virus peut changer à ce rapport ? Qu’est-ce que nous prônons comme modèle de société occidentale ? Est-ce que l’empathie est juste un sentiment ou pourrait évoluer vers modèle de société, est-ce utopique ?
Ce confinement très contraint et très long doit nous permettre de réfléchir, d’ouvrir les yeux sur ce que nous sommes, sur ce que nous voulons devenir en tant qu’individu seul et en tant qu’humain au milieu d’autres. Comment voulons nous éduquer nos enfants en espérant obtenir de leur part, l’humanité nécessaire dans leur évolution de vie ? Toutes Ces questions existentielles, souvent repoussées d’un revers d’esprit sur l’Autel non exhaustif du matérialisme, de la possession, du consumérisme irraisonné, du capitalisme sauvage, de l’individualisme, de l’égoïsme, d’une gestion purement financière et non plus humaine (notre santé) sont une véritable occasion, en cette période morose, de se les poser à nouveau. Hey les humains, Que voulons-nous ?

« L’humanité effondrée et la société ébranlée par un petit machin »

Merci manu pour tes réponses, prends soin des tiens

 

confidences de confinement n°5 Florence LACHAT

Trop souvent présentée comme la mère d’Edmée et de Théo, ses petits devenus si grands, si forts, Florence est une athlète qui fait l’unanimité par sa gentillesse, son humilité, son humour et ses réparties. Mais Il faut être à proximité pour en profiter tant elle est discrète. L’œil pétille, la malice est là et elle sait prendre l’air d’une collégienne prise en flag lorsqu’une consigne du coach hors stade lui a échappé. Sportivement elle se veut être une récalcitrante de base mais une volontaire dans l’effort. Il ne faut pas se leurrer : elle en connait long comme ça sur les sports qui tournent autour du triathlon et a vécu déjà de très belles satisfactions. Un parcours sportif familial de haut niveau dont elle en est, nul doute là-dessus à l’origine, mais aussi le terreau des victoires à venir.

IMG_3774NOM : LACHAT. Prénom : Florence. Année de naissance 1990 mais je ne me souviens pas bien. (Confirmé puisque tu as eu Théo en 1994 pour tes 4 ans NDLR). Fonction au club : Dilettante.  Spécialité sportive : procrastination

Autres sports pratiqués : tricot

Peux-tu en quelques mots te présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ? Accompagnatrice de jeunes enfants qui sont devenus de jeunes adultes sans que je m’en aperçoive et au civil – parce qu’il faut bien manger – je suis urbaniste

Comment es-tu arrivé à l’A.C.Evian ? En voiture un soir d’automne …

BBgarc-onRaconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ? J’ai découvert le sport le jour où une institutrice m’a signalée que mon fils était le seul à ne pas savoir courir (en revanche il savait lire, ce que les autres enfants ignoraient)

Ton meilleur souvenir en compétition ? Le triathlon de Machilly

Le résultat dont tu es la plus fière ? Le semi-marathon de Lausanne

As-tu un rituel d’avant compétition ? Décider que je ne m’inscrirais pas à la compétition.

Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais dîner : tout ceux du groupe hors stade

La Famille 23 événements sportifs qui t’ont marqué : les championnats du monde de triathlon à Lausanne en 2019 (titre de vice champions du monde distance olympique en triathlon amateur catégorie 24/29 ans pour Théo NDLR) ; La poursuite en biathlon à Antholz en février 2020 ; l’Anthychoise en mars 2020 (dernière course avant le confinement avec 2 podiums pour Edmée et Théo. NDLR) 

Ton lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club : La Pinède à Thonon ; la fondue ; les « Kaoutar » de fin de séance sont des moments exceptionnels !!! (impossible à décrire, faut les vivre NDLR)

Ta qualité : opiniâtre.  Ton défaut : opiniâtre.

Un adjectif pour te décrire : petite.  Ta devise : toujours faire les choses en son âme et conscience pour ne rien regretter
Commentaires libres sur le club : un lieu convivial, familial où l’on fait de belles rencontres et où je reste toujours estomaquée devant certains compétiteurs … ceux qui font des courants d’air quand ils me dépassent … et il y en a beaucoup !!!

Un mot sur ton confinement :

Les enfantsAlors ça, c’est un truc que l’on voyait venir … mais pas durer ! C’est un confinement où le virtuel est bien présent : en famille (skype, zoom et autres réseaux sociaux), en télétravail (serveur à distance, visioconférence, …), avec terrasse et (trop) d’apéro autour duquel on refait le monde pour le présent et le futur et du sport aussi. Alors là, on quitte le virtuel pour des épreuves de rigolade avec les séances de renforcement musculaire, de corde à sauter, … Pas sûre d’avoir assez du confinement pour voir les progrès;)

Merci à toi florence. Prends soin de toi et  de ta famille

confidences de confinement n°4 Céline GAIGNEROT

IMG_73531Retour sur le devant de la scène pour celle qui avait reçu les honneurs de la presse spécialisée en 2017/2018, années qui l’avait vu devenir marathonmaniac niveau titane. Cette maman de trois enfants jongle entre ses multiples activités et sa passion pour Dysney. Grande collectionneuse de médailles, ambassadrice de la marque INKNBURN elle a souvent brillé lors de ses 60 marathons par ses tenues sportives magnifiques ou ses déguisements. Après une belle carrière sur la piste, elle consacre ses sorties à la route mais revient sur le stade pour coacher les plus petits.

IMG_46331(1)NOM : GAIGNEROT. Prénom Céline. Année de naissance 1973

Fonction au club : Entraineur poussins et athlète depuis 2012.   Spécialité sportive : Marathon

Autres sports pratiqués : Natation

Peux-tu en quelques mots te présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ? Je suis assistante maternelle indoor la journée et coach sportive maître-nageur indépendante outdoor le soir & weekend.

Comment es-tu arrivé à prendre des fonctions à l’A.C.Evian ? On m’a fait du chantage ! Post Jeux Olympiques 2012. Plus une place au club pour ma fille ; j’ai donc troqué une place de poussine contre un poste d’entraineur poussin.

Raconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ? Mon père m’avait fait un cahier d’archives avec tous mes résultats de compétitions et statistiques annuelles ; je l’ai continué quand j’ai repris ma carrière adulte ! Et je le tiens sur les genoux pour vous le faire partager ; les licences sont toutes collées sur les 1éres pages ! Mes 1ers cross datent de 1981 (poussine) mais ma 1ére licence en athlétisme date de 1983 où j’ai pratiqué les épreuves combinées jusqu’en 1997 ; puis à nouveau licenciée depuis 2012 où je pratique encore la course à pied hors stade avec la distance marathon.

DSC016711Ton meilleur souvenir en compétition ? Il y en a eu plusieurs mais être au départ du marathon de NY en 2016 et s’élancer sur Frank SINATRA avec «New York New York» sur le Queensborough bridge restera jubilatoire !
Le résultat dont tu es la plus fière ? Très certainement ma qualification au marathon de Boston en 2018 pour une petite seconde que je ne dois qu’à moi après 4 tentatives !
As-tu un rituel d’avant compétition ? Je n’ai pas vraiment de rituel sinon de ne pas manger gras, épicé et cru les 2 jours avant un marathon pour éviter les problèmes gastriques durant la course

IMG_18041 DSC048161

Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais diner : Kevin Mayer pour son record du monde au décathlon. (pour les deux autres peut être Nadia COMANECI et Paula RADCLIFFE? ndlr)

DSC050711 IMG_475413 événements sportifs qui t’ont marqué : RIEN DE MARQUANT (initiative du stagiaire qui mise sur son premier marathon a HONOLULU, Sa passion pour les rundysney et le marathon de BOSTON dont le départ s’est joué à 1 seconde)

Ton lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club : La Palmyre sur la côte sauvage atlantique
les crevettes roses de la pêche au carrelet de papy que je n’ai plus mangé depuis 1995 ! 
Je dévore la revue annuelle surtout quand il y a des photos d’époque. J’ai gardé tous les numéros depuis 2012

Ta qualité : organisée.Ton défaut : casanière. Un adjectif pour te décrire : je suis multitâche et je vis avec 5 plannings et 6 mois d’avance minimum !

Ta devise :  » le plan c’est le plan »
Commentaires libres sur le club : L’athlétisme tend à disparaître dans nos écoles et sur les stades donc j’espère que l’AC Evian maintiendra le Cap pour se battre et proposer le maximum de disciplines à nos jeunes…

celineTon mot sur le confinement : Restez actif un minimum car il vous sera bénéfique. Marcher 1 km puis 1’ de gainage bien serré suivi de quelques étirements. A mes poussins je dis de faire bouger vos parents, frère et sœurs en leur montrant pourquoi pas un départ en start, un lancer de disque en tournant ou bien un saut en hauteur sur le lit.

Merci Céline d’avoir répondu à notre attente. Prends soin de toi et de ta famille.

confidences de confinement n°3 David Heraclide

91817469_1914057782060446_7536142483068026880_nIl a été le premier à répondre à notre sollicitation, toujours prêt à sortir de la relation entraîneur/entraîné(e)s. Son discours est bâti de telle manière qu’il pousse à la réflexion. Lorsqu’il donne les consignes les athlètes peuvent être un peu perdus au départ mais se retrouvent dans les temps prédis à l’arrivée. Très adaptable aux attentes, David considère que la performance ne se trouve pas forcement dans le chrono mais aussi dans le plaisir. Il apprécie quand même lorsque ce dernier est précédé d’une dose de souffrance qu’il juge nécessaire voir jouissive.

NOM : HERACLIDE          Prénom David               Année de naissance 1966. Fonction au club : Entraîneur depuis 2018. Spécialité sportive : hors stade. Autres sports pratiqués : foot.

Peux-tu en quelques mots te présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ? j’ai une petite entreprise très autonome de télésecrétariat principalement médical. Au club je suis présent 2 fois par semaine au stade en tant que responsable du hors stade.

Comment es-tu arrivé à prendre des fonctions à l’A.C.Evian ? la vie et les choix des uns et des autres m’ont amené il y a 20 mois à accepter de venir au Club

91565914_2840932822800597_8615132220232826880_nRaconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ? j’ai toujours fait du sport à plus ou moins haut niveau notamment du football et sur le tard de la course à pied après un bref passage sur les stades en junior sur 1500/3000

91571541_646183825942777_4087066839941644288_nTon meilleur souvenir en compétition ? chaque fois que j’accompagne un athlète et que celui-ci va au bout de lui même et me dit : « plus jamais » puis le souffle revenu « c’est quand la prochaine course »…

Le résultat dont tu es le plus fier ? Lorsqu’un athlète arrive pour maigrir est piqué par le virus (ENCORE LUI!!! ndlr)  et cherche à s’améliorer sans se donner de limite  tout en laissant ce sport là où il doit être….une soupape, un complément pas La priorité.

As-tu un rituel d’avant compétition ? oui, je relace systématiquement mes chaussures juste avant d’aller sur la ligne de départ.

Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais diner : le Grand Carl Lewis, le très grand Juantorena et José Touré (un talent footballistique gâché mais immense)

3 événements sportifs qui t’ont marqué : Tous les JO, tous les championnats du Monde de toutes les disciplines

91635647_216900112739706_6039609314014920704_nTon lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club : Lieu : en haut des Hermones, je pars en courant, je monte en courant, je profite de la vue et du calme avec mon chien et je redescends en courant 13 km avant 8 h 30, le pied….

PLAT : un bon vin avec un top fromage du type époisse  carrément coulant et puant limite vers …..

Anecdote : il y en a quelques-unes….celle de Kaoutar passant la ligne au cross de Larringes pour sa première course, levant les bras, criant j’ai gagné, embrassant son fils, heureuse comme un paon  et moi, effaré, lui annonçant que tout le monde est passé et qu’il lui reste un tour, elle est dernière ou presque….sic… j’en ris encore et surtout je ne sais toujours pas si elle jouait ou en était persuadée …

Ta qualité : Croyant (chaque être est une pépite car il est Unique)                                      Ton défaut :  je ne gère que mes peurs pas celle des autres. Un adjectif pour te décrire : adaptable

Ta devise :  je l’ai emprunté à Sun Tzu : celui qui n’a pas d’objectifs ne risque pas de l’atteindre.

Commentaires libres sur le club : L’AC EVIAN un club d’athlétisme pour Tous.

91987698_2340913046201390_7514002364743811072_nUn mot sur le confinement ? Le plus dur pour moi c’est ma petite voisine de 4 ans qui chante a tue tête…. La reine des neiges avec sa poupée et qui m’entend reprendre le refrain…..Confiné..confinéééééé …..et qui m’engueule parce que ce ne sont pas les bonnes paroles. 
Ma vision du confinement est somme toute confinée.
Bah j’ai appris à glander très tard alors je profite de cette possibilité….j’en fais encore moins qu’avant et j’aime ça.

Merci David. Prends soin de toi

 

confidence de confinement n°2: Emilie et Valérie MAGIN

C’est un binôme fidèle au club depuis 2009 qui vous est présenté. Minie jolie, petite et timide enfant a fait son chemin, même si elle n’en arrive pas toujours au bout (voir anecdote). Elle est maintenant une athlète à la très belle technique qui pétille de malice. Elle a conservé un naturel d’enfant avec un caractère d’adulte. Valérie, sa mère est sans contexte une athlète qui fédère autour d’elle. Sous des aspects gentils et un discours prônant le footing loisir elle est en réalité une réelle compétitrice… qui veut s’ignorer.

NOM : MAGIN   Prénoms Emile et Valérie. Années de naissance : 2002 et 1972
Fonction au club : athlètes et bénévoles à l’occasion depuis longtemps. (2009 Mimie et 2011 Val)
spécialité sportive : 800 m pour la fille et préférence pour le semi-marathon pour la mère
Autres sports pratiqués : rando

Pouvez vous en quelques mots vous présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ? : Valérie : Factrice dans la vie mais surtout maman de 2 filles, Dorine 21 ans et minijolie.. (accessoirement excellente masseuse NDLR)
Coucou mimie c’est moi, je suis arrivée le 5 février 2002, pas au club mais dans ma petite famille, je suis étudiante en terminale ES dans le but de faire STAPS et coach sportive dans mon avenir…

Raconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ?
IMG-20200405-WA0003Valérie : Comment dire… Ma carrière sportive si on peut dire carrière, a débutée très jeune avec la pratique de la GRS, je me suis vite aperçue que cela n’était vraiment pas fait pour moi… J’ai donc opté pour la course à pied que je pratique en loisir footing depuis l’âge de 15 ans. Puis c’est en accompagnant Dorine, ma fille, à l’athletic club d’Evian, que j’ai croisé Catherine Petit ( secrétaire du club ndlr) qui me voyait courir et qui m’a donc invité à faire partie de ce club sympathique.

IMG-20200405-WA0002

Mimie : Ayant ma sœur comme modèle (lol), et comme la petite sœur copie toujours la grande, je me suis inscrite au club dès que je l’ai pu, et c’est là que ma grande carrière d’athlète professionnelle a débuté, j’ai gravi les échelons d’années en années pour enfin arriver au niveau régional (rire).

Ton meilleur souvenir en compétition ?
Valérie : Alors en réalité, je n’ai pratiquement que des bons souvenirs de mes compétitions, mais quelques-unes m’ont plus marquées que d’autres. Comme mon premier trail à Marsanay avec une super équipe où nous avions partagé que des bons moments…  La suivante, mon 1er et dernier 5000 m sur piste en 2013 où nous devions être plusieurs du club sur la ligne de départ mais je me suis retrouvée la seule féminine au milieu de 4 hommes dont Manu et Seb. 5000m mémorable où je me suis fait prendre quelques tours mais un souvenir qui reste gravé grâce à l’ambiance, à l’encouragement de ma famille et des athlètes hors stade. Résultat final : dernière en 22’45 »
Et enfin, les 10 km d’aix Les Bains en 2019, partagés avec Mimie pour qui c’était le baptême
minie jolieMimie : Si l’on oublie les nombreuses compétitions ou j’ai fini en pleurs, certaines restent quand même des merveilleux souvenirs… Le meilleur reste mes premiers interclubs en 2018, sous un beau soleil, avec une superbe équipe et une ambiance exceptionnelle.

Le résultat dont tu es la plus fière ?
Valérie : Si l’on oublie le résultat sportif, le résultat dont je suis le plus fière est mon 1er marathon qui se déroulait à Annecy en 2015.
Mimie : Pour ma part, le résultat donc je suis le plus fière car, seule détentrice du record, mon 800m d’Ambilly en 2019 que j’ai transformé en 720 m. (vaut mieux en rire qu’en pleurer)

As-tu un rituel d’avant compétition ?
Que ce soit pour l’une ou pour l’autre, nous arrivons toujours à dissimuler un mot d’encouragement dans le sac de compétition.

Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais dîner :
Renaud Lavillenie et Renelle Lamote pour Mimie
Pour Vava, les seuls sportifs avec qui j’ai plaisir à manger sont les sportifs du groupe hors stade, avec qui il y a toujours de bons moments à partager.

3 événements sportifs qui t’ont marqué :
Pour Mimie : Le titre de champion d’Europe de Pascal Martinot Lagarde sur 110m haies en 2018.
Pour Vava : Le titre de Champion du monde de Pierre Ambroise Bosse en 2017 et également lors de ma jeunesse la 1ere victoire à Roland Garros d’André Agassi en 1999.

IMG-20200405-WA0008Ton lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club :
Pour Mimie : Le stade, La tarte flambée et pour l’anecdote, la panne au bord de la route pour se rendre au 10 km d’Alice à Annecy, où Margot et moi avions été dans l’obligation de rencontrer le père fouettard pour changer une roue.
IMG-20171105-WA0003Pour Valérie : La plage sans personne, le fish and ship et pour l’anecdote, la Vitalavie sous une pluie battante avec un échauffement dans la voiture avec mon coéquipier Bernard.( échauffement validé par Yoyo le chauffeur (et mari accessoirement NDLR)

Ta qualité :    Pour Mimie: La joie de vivre . Pour Vava : Généreuse
Ton défaut : Pour Mimie : Manque de confiance en moi . Pour Vava : Anxieuse
Un adjectif pour te décrire: Pour Vava : Petite. Pour Mimie : Plus grande que ma mère   Ta devise : Pour les 2 : « l’envie d’essayer »
Commentaires libres sur le club :
Entraîneurs sympas, entraînements sympas, ambiance sympa, athlètes sympas donc club sympa x4
Un mot sur la situation actuelle avec la pandémie:
Ma mère, ma grand-mère nous avait prévenu mais on l’a pas cru. Mais maintenant nous voilà dans cette situation. Le confinement… Angoissant, stressant lorsque l’on pense aux malades et aux aides-soignants… Mais confinement, c’est l’occasion de se retrouver pour un bon et long moment en famille, pas toujours facile, mais l’occasion de partager de nombreuses activités toutes plus folles les unes que les autres (chorégraphies, olympiades, parcours du combattant) qui nous amène à des situations ridicules.

merci Valérie et Émilie: prenez soin de vous

Confidences de confinement. épisode 1: Stéphane Chary

Nouvelle rubrique en attendant la capitulation du Covid 19 . Puisqu’il est impossible de nous rencontrer, faisons connaissance. Nous commençons cette rubrique par celui qui ne déçoit jamais. Revenu au club pour apporter son expérience, il l’a fait en toute simplicité laissant ses athlètes le découvrir et ses partenaires l’apprécier. Vous en apprendrez encore beaucoup en lisant son portrait mais vous ne saurez pas tout. 

photo_377946NOM : Chary    Prénom : Stéphane Année de naissance 1972 Fonction au club : entraîneur demi-fond depuis 2018     spécialité sportive : course à pied. Autres sports pratiqués : ski, volley, chocolat.

Peux-tu en quelques mots te présenter dans ta fonction au club et dans la vie civile ? Je fais suer des jeunes athlètes plein de motivations au club et je fais suer (aux deux sens du terme ce coup-ci) des élèves un peu moins motivés pour certains (…) en Eps (éducation physique et sportive) !

Comment es-tu arrivé à prendre des fonctions à l’A.C.Evian ? j’y suis très bien arrivé ! Après un premier passage de 2000 à 2004, retour au bord du lac en 2018.

meetingstrasbourg2000

1500 mètres  qualificatif pour les J.O de Sydney 2000. Stéphane fait le lièvre devant Benson KOECH (le lièvre d’El Gerrouj).  Mehdi BAALA et tous les meilleurs français suivent.

Raconte-nous ta carrière sportive, en athlé ou autres sports ? Commencée en club, en cadet 1, via les cross scolaires. Plusieurs médailles aux championnats de France en cadets et juniors (piste, salle, cross), un petit tour avec un survet floqué bleu blanc rouge puis des chronos sympas et quelques médailles en universitaire.
15 ans à encadrer les stages régionaux (Franche Comté) et interrégionaux.

Ton meilleur souvenir en compétition ? La dernière ligne droite lors de mon titre universitaire sur 1500m.

Le résultat dont tu es le plus fier ? 2’22 au 1000 m (soit 25,35 km/h NDLR)

As-tu un rituel d’avant compétition ? Aucun….

Donne-nous 3 sportifs (ves) avec qui tu aimerais dîner :Jonathan Edwards, Jan Zelezny et Haile Gebresselassie

3 événements sportifs qui t’ont marqué :Le meeting de Zurich de 1997 avec 3 records du monde (800-5000 m et steeple) et une ambiance de folie dans le stade où j’étais en tant que spectateur.

Ton lieu préféré, ton plat préféré et une anecdote vécue au sein du club : Pas loin d’ici, au printemps, des petites fleurs, sur les montagnes avoisinantes avec vue sur le lac.
Une crème brûlée.
Les supers déplacements d’il y a quelques années avec le groupe demi-fond (Cyril, Jean-Paul, Paul, Frederic, Michel…)

Ton élève préférée : sans hésiter une certaine Alice !!!! une future médecin de haut niveau !

Ta qualité : plutôt calme. ton défaut : gourmand. Un adjectif pour te décrire : relax. ta devise : keep cool….

Commentaires libres sur le club : Un petit club où il fait très bon vivre !!!!

Pour finir Stéphane que pourrais tu dire sur la situation actuelle : C’est l’histoire du quasi invisible, un micro-organisme parti en footing de Chine et qui se découvre une âme de sprinteur et marathonien pour arriver à bloquer une planète entière…

Pris à la légère au début, il a surpris tout le monde par sa vitesse et surtout par ses conséquences plus que néfastes. Lui, il a réussi sa course et nous on cavale derrière pour le rattraper et le battre à plat de couture… De la patience, du courage il nous en faudra et espérons qu’une fois tout ceci terminé, cela amènera du changement dans nos comportements, nos modes de vies, nos achats, bref que ça nous fasse réfléchir…

Les « venus de nulle part », les « ah ben maintenant font qu’on change les choses », ça s’est déjà vu en athlétisme, rien à voir avec la situation sanitaire actuelle, mais en voici quelques exemples.

Abebe BIKILAVenus de nulle part Abebe Bikila l’était. En 1960 aux JO de Rome, avec ses pieds nus et sans grande référence chronométrique il a surpris tout le monde en remportant la médaille d’or et en battant le record du monde. Un résumé de la course ici. Il récidivera avec des chaussures 4ans plus tard.

« Je me colle au fond et je double tout le monde » c’était aussi la tactique risquée de Dave Wottle, coureur de 800m. Avec sa casquette, il se place en queue de peloton, voir même à 4-5 mètres de l’avant dernier coureur et à 600m de l’arrivée il accélère… Culotté et très risqué comme tactique, il gagnera l’or sur 800m aux JO en 1972 avec 3 centièmes d’avance…

« Ah ben maintenant faut qu’on change le règlement !!! »

En 1964 aux JO de Tokyo Bob Hayes est un des favoris du 100m. A cette époque les pistes sont en cendrées. L’américain a tiré le premier couloir lors de la finale. La piste est détrempée, le premier couloir est en très mauvais état par rapport aux autres. Un vrai champ de labour. Néanmoins il gagne en 10″0. Suite à cela il a été convenu que les coureurs les plus rapides, suite aux demi-finales, soient placés aux couloirs du milieu puis on écarte sur les autres couloirs pour les coureurs suivants.

Autre changement, autre raison, le lancer de javelot. Le règlement actuel stipule que le lanceur lance sans tourner le dos à l’aire de chute (pas de mouvement de rotation), en tenant le javelot à la corde de prise et avec le bras passant au-dessus de la ligne d’épaules. Cela semble normal et logique mais ceci est dû à des tentatives certes efficaces mais dangereuses pour propulser le plus loin possible cet engin. En 1956 l’Espagnol Felix Erausquin imagine une technique de lancer inédite. La moitié du javelot coincée entre son torse et son avant-bras, il tourne à la manière d’un discobole. Et comme il faut bien que l’engin lui glisse entre les mains, il l’enduit de savon noir. Malin et efficace. Grâce à la force centrifuge, cette technique lui permet de lancer à plus de 100 mètres quand, à l’époque, le record tourne autour de 85 mètres. » (Cf. article libération du 28/08/99). Seul hic à cette technique, aucune certitude quant au lieu de retombé du javelot, ça tombait aussi bien dans les tribunes que sur la pelouse…. Là y avait danger et la mode des piercings n’existait pas encore…

75481820_2714956558554553_7628467383530684416_oIl faut des éléments marquants pour modifier des règlements, des modes de vie, espérons encore une fois que ce fichu covid19 nous fasse grandir….

Merci Steph: prends soin de toi.

vu dans la presse

Parce que MONSIEUR FORT est un créateur d’événements sportifs toujours parfaitement organisés. L’Ancilevienne, la Vitalavie et le petit dernier: le marathon au clair de lune sont ses courses. Mobiliser 120 bénévoles, toujours d’excellente humeur,  durant une nuit pour assurer le tour du lac d’Annecy est un exploit qu’il répète chaque année. Alors Merci Monsieur FORT.

Demain aura lieu la VITALAVIE. Belle occasion de lui rendre hommage et de supporter 3 athlètes du club. Valérie MAGIN et le binôme Karima MIMOUNE REZIG et Nicolas BULANT. une cote à 3 contre 1 sur un podium dans sa catégorie pour Valerie

Screenshot_20191102-150823_ePressefr

les 24 heures du mans de juliette

juliette.jpgC’est ce dimanche 6 mars que prendra fin la saison de cross pour la dernière athlète encore qualifiée du LEMAN ATHLETIC CLUB, section Evian. Elle est au taquet des épreuves nationales possibles, avec un final au MANS (là-haut, tout en haut à gauche de l’hexagone) pour le championnat de France de cross. Alors comment en est-elle arrivée là ?

Juliette, tu es junior féminine plutôt jeune et jolie. Comment peut-on se pourrir un week-end ainsi ?
C’est un choix et un devoir. J’ai commencée cette année avec un cross a PONTCHARRA (38) en novembre où je termine 6ème. Après c’est le terrible engrenage avec les Bi-départementaux à ANNECY (74) où je m’écrase au pied du podium (4ème sur deux départements quand même, NDLR) puis à MABLY (42) aux championnats Rhône Alpes (très belle 21ème place, bravo) avant de me retrouver à Yzeure (03) pour une ½ finale du championnat de France (superbe 22ème place! ENORME). Je me retrouve logiquement invitée dans la SARTHE (72), le 6 mars, pour en découdre une ultime fois avec les meilleures.

Quels sont tes meilleurs souvenirs de ces qualifications ?
C’est difficile à dire. J’hésite entre les 1772 km de déplacement ou les 17.9 km de course. Le plaisir d’être avec 28 autres athlètes du club aux Glaisins, puis au fil des éliminations ou de l’arrêt des compétitions pour les plus jeunes seulement 8 à Mably, puis 5 à YZEURE et …. ENFIN SEULE !!!!. J’aurai un coach perso.

Qu’espérez-vous de cet ultime déplacement qui double quasiment le kilométrage annuel des déplacements (1584 km A/R depuis le stade de Evian jusqu’à l’hippodrome de LE MANS) ?
Réduire d’un peu plus de la moitié mon dernier classement serait déjà un bel exploit (dans les 10 quoi ! NDLR). La motivation est présente et la forme au top. Je sais que sur une course on peut, et l’on doit, TOUJOURS espérer plus.
Pourquoi pas un podium…si il y a 6 marches…de chaque coté ? !

C’est tout le mal que nous te souhaitons. Le club est avec toi et, pour que tu en sois persuadée, la mairie d’EVIAN et l’AC Evian s’associeront pour t’offrir si tu fais un top 10, ton poids en…rillettes.

 Merci à Juliette qui nous autorise à publier cette fausse interview et à Bernard auteur de cette fausse interview.

Portrait : l’équilibre est dans l’ultra par Josette Cachat

Alors que la direction technique nationale d’athlétisme fait ses comptes, après les championnats du Monde de Daegu, Josette Cachat, quant à elle, sans faire de bruit, est entrée par la petite porte dans la cour des grands, car, ils sont vraiment peu nombreux, les finishers de l’Ultra trail du Mont-Blanc…
Lire la suite